Une Es­pagne « à l’ita­lienne » face à Gian­lui­gi Buf­fon

La Ro­ja se dé­place, ce soir, à Tu­rin (20 h 45) pour le choc de la soi­rée

La Montagne (Brive) - - Sport -

L’at­taque es­pa­gnole prend l’ac­cent ita­lien : avec l’ex-bu­teur de la Ju­ven­tus Al­va­ro Mo­ra­ta et l’ai­lier de Naples Jo­sé Cal­le­jon, la Ro­ja dis­pose de bons connais­seurs du Cal­cio pour dé­fier le gar­dien az­zur­ro Gian­lui­gi Buf­fon, ce soir, en qua­li­fi­ca­tions du Mon­dial 2018.

Mo­ra­ta, chou­chou de « Gi­gi ». Mo­ra­ta re­vient au Ju­ven­tus Sta­dium, où il a pro­gres­sé et mû­ri de 2014 à 2016 à l’ombre de fi­gures tu­té­laires comme Buf­fon, avant d’être ra­che­té par le Real Ma­drid à l’in­ter­sai­son.

« Tu­rin est ma deuxième mai­son. J’ai trou­vé l’amour ici et l’ita­lie est tou­jours dans mes pen­sées […] Dé­sor­mais, je suis presque Ita­lien », a ra­con­té mer­cre­di l’at­ta­quant de 23 ans dans une in­ter­view à la Gaz­zet­ta del­lo Sport.

Au contact de ses men­tors pié­mon­tais, le jeune chien fou s’est trans­for­mé en un re­dou­table guer­rier. Au­teur de 11 buts en 19 capes, il est dé­sor­mais en ba­lance avec Die­go Cos­ta pour être ti­tu­laire de­vant. « En Ita­lie, être at­ta­quant est dif­fi­cile et ce­la te rend meilleur », a re­con­nu l’es­pa­gnol, qui a énor­mé­ment pro­gres­sé tac­ti­que­ment en Se­rie A.

Ré­ci­pro­que­ment, Mo­ra­ta a laissé d’ex­cel­lents sou­ve­nirs à Buf­fon qui l’avait dé­si­gné comme « dan­ger n° 1 » avant le hui­tième de fi­nale de l’eu­ro­2016 rem­por­té par l’ita­lie (2­0). « Al­va­ro n’est pas conscient de toutes ses qua­li­tés », sou­li­gnait alors l’ex­pé­ri­men­té por­tier.

Ti­tu­laire cet été, Mo­ra­ta est re­ve­nu à un sta­tut de rem­pla­çant au Real. Mais le voi­là prêt à se battre pour sa place, en club comme en sé­lec­tion, et in­car­ner le chan­ge­ment de gé­né­ra­tion au sein d’une Es­pagne en chan­tier. « Contre l’ita­lie, nous al­lons voir où nous en sommes », a­t­il pro­phé­ti­sé.

Cal­le­jon, l’ita­lie l’a ré­vé­lé. Lui aus­si for­mé au Real, Cal­le­jon brille de­puis 2013 sous le maillot de Naples. Et l’ai­lier de 29 ans a dé­bu­té la sai­son en trombe, avec cinq buts en sept jour­nées, dé­cro­chant sa pre­mière convo­ca­tion de­puis 2014. Ce joueur créa­tif et ré­gu­lier souf­ frait d’un dé­fi­cit de re­con­nais­sance en Es­pagne, où il ne compte que deux sé­lec­tions, alors que l’ita­lie ne cesse de van­ter ses mé­rites.

Mal­gré la concur­rence de jeunes comme Mar­co Asen­sio (Real Ma­drid), Lu­cas Vaz­quez (Real Ma­drid) ou Pa­co Al­ca­cer (Bar­ce­lone), le voi­là donc, lo­gi­que­ment, de re­tour. À charge pour Cal­le­jon d’uti­li­ser sa science du Cal­cio pour s’im­po­ser : « Ce se­ra un match tac­tique et les Italiens pres­se­ront très haut », a­t­il pré­ve­nu. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.