De sé­rieux doutes sur l’ef­fi­ca­ci­té des contrats ai­dés

La Cour des comptes dé­nonce un sys­tème « coû­teux » et « par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe »

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

« Coû­teux et peu ef­fi­caces » : la Cour des comptes cri­tique les dis­po­si­tifs d’in­ser­tion des jeunes, ap­pe­lant à ré­duire la voi­lure sur les contrats ai­dés pour concen­trer les ef­forts sur les jeunes les plus éloi­gnés de l’em­ploi.

Avec une ving­taine de dis­po­si­tifs qui co­existent, le pay­sage de l’ac­cès des jeunes à l’em­ploi consti­tue un « sys­tème par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe » dont le coût est « éle­vé » et « crois­sant ». En 2015, l’état, les col­lec­ti­vi­tés et les opé­ra­teurs leur y ont consa­cré 10,5 mil­liards d’eu­ros : 5,95 mil­liards pour l’al­ter­nance, 2 mil­liards pour les contrats ai­dés, 1,45 mil­liard pour les dis­po­si­tifs d’ac­com­pa­gne­ment et 1 mil­liard pour le re­tour en for­ma­tion des jeunes de­man­deurs d’em­ploi.

Mais « les ré­sul­tats ob­te­nus du point de vue de l’ac­cès à un em­ploi du­rable ne sont à la me­sure ni des ob­jec­tifs af­fi­chés, ni des moyens mo­bi­li­sés », as­sènent les sages de la rue Cam­bon. Dans leur col­li­ma­teur : les contrats ai­dés, « ou­tils les plus oné­reux ».

Se­lon la Cour, leurs bons taux d’ac­cès à l’em­ploi (67 % dans le mar­chand et 52 % dans le non mar­chand pour les moins de 28 ans) ré­sultent « d’im­ por­tants ef­fets d’au­baine » et d’un « ci­blage in­suf­fi­sant » vers les plus en dif­fi­cul­té. Autre faille : seuls 23 % des an­ciens bé­né­fi­ciaires dé­clarent avoir sui­vi la for­ma­tion pré­vue dans leur contrat.

La Cour des comptes pré­co­nise de « ré­duire la du­rée des contrats ai­dés » et de les « re­cen­trer » sur les jeunes les plus éloi­gnés de l’em­ploi, no­tam­ment les 750.000 qui ne sont ni en em­ploi, ni en études, ni en for­ma­tion (14,6 % des 18­24 ans en 2013), ain­si que les jeunes des quar­tiers prio­ri­taires de la po­li­tique de la ville, dont le taux de chô­mage grimpe à 45 %.

Taux de sor­tie

Seules trouvent grâce aux yeux des sages la Ga­ran­tie jeunes et les « écoles de la deuxième chance ». Ces dis­po­si­tifs, « les plus in­ten­sifs et courts », sont « plus ef­fi­caces en termes d’ac­cès à l’em­ploi que l’ac­com­pa­gne­ment de longue du­rée mis en oeuvre par Pôle em­ploi ou les mis­sions lo­cales ».

La Ga­ran­tie jeunes, qui offre aux plus pré­caires une al­lo­ca­tion et un ac­com­pa­gne­ment ren­for­cé vers l’em­ploi, af­fiche un taux de sor­tie vers l’em­ploi de 49,9 %.

Le dis­po­si­tif se­ra gé­né­ra­li­sé en 2017. ■

AFP

GA­RAN­TIE JEUNES. Ac­com­pa­gne­ment ren­for­cé vers l’em­ploi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.