Un suc­cès se­rait le bien­ve­nu pour les Bleus ce soir de­vant la Bul­ga­rie

Les Bleus ac­cueillent les Bul­gares au Stade de France, ce soir (20 h 45)

La Montagne (Brive) - - La Une -

Après son pre­mier match ra­té face au Be­la­rus (0­0), la France doit se re­lan­cer dans la course à la qua­li­fi­ca­tion.

Au­teur d’un dé­but de cam­pagne frus­trant au Be­la­rus (0-0), la France n’a pas d’autres choix que de se re­lan­cer dans la course au Mon­dial 2018 en s’im­po­sant face à la Bul­ga­rie, ce soir (20 h 45, TF1).

23ans après le fias­co his­to­rique du 17 no­vembre 1993 et le dé­noue­ment cau­che­mar­desque qui avait pri­vé les Bleus de la Coupe du monde 1994 (dé­faite 2­1 au Parc des Princes), les Bul­gares vont re­fou­ler le sol fran­çais.

Mais cet épi­sode fu­neste, qui a mar­qué toute une gé­né­ra­tion, n’a qu’un vague écho au­près des joueurs ac­tuels, dont cer­tains n’étaient même pas nés à l’époque. Pour Di­dier Deschamps et sa bande, l’his­toire im­porte peu, il s’agit sur­tout de rat­tra­per des points per­dus il y a un mois pour ne pas obs­truer la route me­nant à la Rus­sie.

Il est peu pro­bable que le fan­tôme d’emil Kos­ta­di­nov, le bour­reau des Bleus en 1993, plane au­des­sus du SDF : la Bul­ga­rie, 74e au clas­se­ment Fi­fa, n’est plus que l’ombre de l’équi­ pe qui avait at­teint les de­mi­fi­nales du Mon­dial 94. Les Tri­co­lores ont eux fait du che­min de­puis, mar­chant sur le toit du monde (1998) et du con­tinent (2000), et leur sta­tut ac­tuel de vice­cham­pion d’eu­rope est cen­sé leur confé­rer as­sez de cer­ti­tudes pour pas­ser sans en­combre cet obs­tacle, juste avant de se frot­ter aux Pays­bas, lun­di à Am­ster­dam. Inu­tile de dire donc que tout autre ré­sul­tat qu’une vic­toire fe­rait tache, gâ­chant le re­tour de­vant le pu­blic fran­çais après la cruelle dé­faite en pro­lon­ga­tion en fi­nale de l’eu­ro contre le Portugal (1­0) et pla­çant du même coup les Bleus dans une si­tua­tion très in­ confor­table pour la suite. Les Bul­gares, pé­nibles vain­queurs du Luxem­bourg en sep­tembre (4­3), n’ont plus les Stoi­ch­kov, Ba­la­kov, Let­ch­kov ou Iva­nov en ma­ga­sin et l’équipe de France n’au­rait donc au­cune ex­cuse en cas de nou­velle dé­faillance.

Un duo Griez­mann-Ga­mei­ro ?

Même la cas­cade de bles­sés qui a tou­ché les Bleus ne pour­rait faire of­fice d’ex­pli­ca­tion. Certes, Deschamps doit se pas­ser des ser­vices de son avant­centre n° 1 Oli­vier Gi­roud, tou­ché au gros or­teil, et An­toine Griez­mann, sa carte maî­tresse, se re­trouve ain­si pri­vé de son com­père pré­fé­ré en at­taque. Mais « Gri­zou » ne per­dra sans doute rien au change avec Ke­vin Ga­mei­ro, son nou­vel as­so­cié à l’at­le­ti­co Ma­drid. Un duo qui flambe dé­jà en Li­ga.

Cinq ans après sa 2e et der­nière ti­tu­la­ri­sa­tion, le 11 no­vembre 2011 contre les Etats­unis (1­0) en ami­cal, Ga­mei­ro a de fortes chances de dé­bu­ter au sein d’une for­ma­tion qui de­vrait aus­si re­trou­ver deux autres vieilles connais­sance, le ca­pi­taine et gar­dien Hu­go Llo­ris, blessé en sep­tembre, et le dé­fen­seur Ba­ca­ry Sa­gna.

Deschamps va sur­tout prier pour que rien n’ar­rive à l’un de ses deux dé­fen­seurs cen­traux at­ti­trés. Der­rière Ra­phaël Va­rane et Laurent Kos­ciel­ny, le sé­lec­tion­neur, confron­té à une vé­ri­table hé­ca­tombe, a été obli­gé de faire ap­pel à deux no­vices, Ay­me­ric La­porte (22 ans) et Pres­nel Kim­pembe (21 ans). Ce se­rait en­nuyeux de de­voir lan­cer un bi­zuth lun­di aux PaysBas, a prio­ri le prin­ci­pal concur­rent pour la pre­mière place du groupe A et la qua­li­fi­ca­tion di­recte.

Après l’in­di­ges­tion au Be­la­rus, on at­tend un ré­veil des cadres, no­tam­ment Paul Pog­ba, le joueur le plus cher du monde (105 mil­lions d’eu­ros), dont les pres­ta­tions font tou­jours dé­bat. Si­non, at­ten­tion dan­ger. ■

CONCENTRÉS. Après leur faux pas face au Be­la­rus, les Bleus doivent ré­agir face à la Bul­ga­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.