Paul Pog­ba, beau­coup d’at­tente mais sou­vent dé­çue

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

Quand va-t-il en­fin don­ner en­tière sa­tis­fac­tion ? Les ras­sem­ble­ments de l’équipe de France se suivent et se res­semblent pour Paul Pog­ba : il sus­cite à chaque fois une grande at­tente avant les matchs et, sou­vent, une dé­cep­tion après.

Un mois après sa pres­ta­tion frus­trante à Minsk lors du match nul concé­dé face au Be­la­rus (0­0), « La Pioche » doit se res­sai­sir. La ré­cep­tion de la Bul­ga­rie au Stade de France ap­pelle une vic­toire des Bleus, sous peine d’ac­cu­ser dé­jà un re­tard com­pro­met­tant pour le gain de la pre­mière place du groupe A.

Pog­ba doit haus­ser son ni­veau de jeu. Parce qu’il nour­rit les plus folles am­bi­tions à titre in­di­vi­duel, qu’il pèse 105 mil­lions d’eu­ros, qu’il est avec An­toine Griez­mann la star de l’équipe. Et parce que son im­mense ta­ lent lui confère un sta­tut d’in­dé­bou­lon­nable aux yeux de Di­dier Deschamps. Avec 40 sé­lec­tions au comp­teur, il est aus­si consi­ dé­ré comme un lea­der par ses co­équi­piers. Le sé­lec­tion­neur sait tout ça et fait tout pour le pro­té­ger : « On at­tend tou­jours plus de lui. Car lors­qu’il fait les choses bien, il sus­cite tou­jours plus d’es­pé­rances. »

« Il doit être utile »

Mais Deschamps lui­même a dé­jà été contra­rié de voir sa perle dé­jouer à l’ex­cès. La mise sur le banc lors du deuxième match de groupe à l’eu­ro contre l’al­ba­nie (2­0) en at­teste. Le sé­lec­tion­neur n’hé­site pas à re­ca­drer son mi­lieu de ter­rain, même si ce­la ne dure pas long­temps.

« DD », mieux que qui­conque, sait à quel point son joueur doit s’ar­mer de ri­gueur et com­prendre l’im­por­tance d’un tra­vail de l’ombre, sans tou­jours vou­loir briller.

« Par pé­riodes, il doit être utile à l’équipe, et ce même s’il ne marque pas. Ce n’est pas quel­qu’un qui va mar­quer ou faire des passes dé­ci­sives à tous les matchs. L’im­por­tant est qu’il soit ré­gu­lier et ef­fi­cace dans un rôle où il doit être per­for­mant à la ré­cu­pé­ra­tion », a ex­pli­qué l’an­cien mi­lieu de ter­rain.

À tra­vers ces dé­cla­ra­tions, comme dans les consignes don­nées dans l’in­ti­mi­té du ves­tiaire, le tech­ni­cien basque s’éver­tue à lui ré­pé­ter ces pré­ceptes. S’il a mon­tré qu’il pou­vait les res­pec­ter, no­tam­ment en quart, de­mie et fi­nale de l’eu­ro, as­so­cié à Blaise Ma­tui­di dans l’entre­jeu, Pog­ba ne peut s’em­pê­cher de pé­cher par gour­man­dise. Et de re­tom­ber dans ses tra­vers.

« Il ne peut pas sor­tir les bal­lons, or­ga­ni­ser le jeu, faire des passes dé­ci­sives et mar­quer en même temps. Il doit per­mettre à l’équipe d’avoir un équi­libre à la perte du bal­lon », a in­sis­té Deschamps. C’est pour­tant tout ce qu’il a vou­lu faire, et man­qué, face aux Bé­la­russes. D’au­tant plus in­com­pré­hen­sible qu’il avait joué avec bien plus de jus­tesse cinq jours plus tôt en match ami­cal contre l’ita­lie (3­1).

À dé­faut d’être, comme Griez­mann, un lea­der tech­nique qui s’af­fine et s’af­firme, Pog­ba gagne tout de même en épais­seur dans le ves­tiaire. Au point, à 23 ans à peine, d’en de­ve­nir un lea­der en l’ab­sence de Pa­trice Evra.

Rien de sur­pre­nant au fond, pour un joueur au cha­risme in­dis­cu­table et qui fut ca­pi­taine des dif­fé­rentes sé­lec­tions dans les­quelles il est pas­sé, no­tam­ment celle des moins de 20 ans avec la­quelle il fut cham­pion du monde en 2013. ■

EN BLEU. « La Pioche » doit se res­sai­sir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.