Si proches mais si dif­fé­rents

Le Ra­cing 92 re­çoit le Stade Fran­çais de­main

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

Des in­fra­struc­tures et des pré­si­dents dif­fé­rents, des ba­taillons d’in­ter­na­tio­naux, mais da­van­tage for­més au club cô­té Stade Fran­çais que Ra­cing 92 : ra­dio­gra­phie en quelques points non ex­haus­tifs des deux clubs fran­ci­liens avant le der­by de­main (14 h 45).

Pal­ma­rès contre constance. Si les deux clubs ont rem­por­té les deux der­niers titres de cham­pion de France (2016 pour le Ra­cing 92, 2015 pour le Stade Fran­çais), le Ra­cing fré­quente bien plus les som­mets de­puis sa re­mon­tée dans l’élite en 2009 que son ho­mo­logue pa­ri­sien. Outre sa de­mi­fi­nale (2015) puis fi­nale de Coupe d’eu­rope (2016), le Ra­cing 92 s’est ain­si sys­té­ma­ti­que­ment qua­li­fié pour la phase fi­nale du cham­pion­nat, pen­dant que le Stade Fran­çais n’y par­ve­nait qu’une fois. Mais les Pa­ri­siens ont connu 100 % de réus­site en dé­cro­chant un 14e titre de cham­pion (contre six pour le Ra­cing 92).

Des pré­si­dents aux ca­rac­tères dif­fé­rents. Le Stade Fran­çais a ce­pen­dant vé­cu, lors des pre­mières an­nées du re­tour du Ra­ cing 92 dans l’élite, des mo­ments agi­tés. Il a ain­si failli dé­po­ser le bilan à l’été 2011 avant d’être ra­che­té par Tho­mas Sa­vare, dont la fa­mille pos­sé­dait en 2016 la 56e for­tune fran­çaise (1,2 mil­liard d’eu­ros se­lon le ma­ga­zine Chal­lenges).

A l’été 2011, le ma­gnat de l’im­mo­bi­lier Ja­cky Lo­ren­zet­ti (123e for­tune fran­çaise en 2016 avec 570 mil­lions d’eu­ros, tou­jours se­lon Chal­lenges) avait dé­jà ra­che­té les Ciel et Blanc de­puis cinq ans et fait son ir­rup­tion dans le monde mé­dia­tique du rug­by à coup de phrases choc. Tho­mas Sa­vare, élu mar­di comme Ja­cky Lo­ren­zet­ti pour la pre­mière fois au co­mi­té di­rec­teur de la Ligue, est lui beau­coup plus en re­te­nue et dis­cret dans la presse.

In­ter­na­tio­naux for­més contre stars. Au Ples­sis­ro­bin­son s’en­traîne Dan Car­ter, double cham­pion du monde avec les All Blacks et élu trois fois meilleur joueur du monde. Soit la seule star mon­diale du rug­by, re­cru­tée la sai­son der­nière moyen­nant un sa­laire an­nuel d’un mil­lion d’eu­ros se­lon le Ra­cing. À Pa­ris, le bud­get est lé­gè­re­ment su­pé­rieur (27,7 mil­lions d’eu­ros contre 25,4, hors chiffre d’af­faires des en­ti­tés dis­tinctes) et le joueur le mieux payé est le ca­pi­taine Ser­gio Pa­risse.

Le nu­mé­ro 8 et ca­pi­taine de l’ita­lie est l’un des 25 in­ter­na­tio­naux de l’ef­fec­tif pa­ri­sien dont les autres grands noms sont Will Ge­nia (Aus­tra­lie) ou Mor­né Steyn (Afrique du Sud). Le Stade Fran­çais a par ailleurs for­mé sept in­ter­na­tio­naux de son groupe ac­tuel (plus Bur­ban ar­ri­vé à 19 ans), contre trois au Ra­cing. Le club du « 92 » compte néan­moins un in­ter­na­tio­nal de plus (26), da­van­tage de noms ron­flants (Ma­soe, Na­ka­ra­wa, Ali Williams, Ro­ko­co­ko) et membres sur la « Liste Elite » du XV de France (cinq contre quatre). ■

EF­FEC­TIF. Avec Car­ter, le Ra­cing pos­sède la star du Top 14.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.