Les ha­bits du pré­sident

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités - BER­NARD STÉPHAN ber­nard.ste­phan@cen­tre­france.com

Qui veut ré­for­mer les institutions ? Ils ne sont pas nom­breux à plai­der pour la VIE Ré­pu­blique ou pour une Cons­ti­tuante, sauf Ar­naud Mon­te­bourg et Jean­luc Mé­len­chon. Tou­cher sur le fond à la Consti­tu­tion de la Ve Ré­pu­blique reste un su­jet ta­bou à droite, mais aus­si à gauche. Seuls les jeunes par­le­men­taires, ceux de moins de 40 ans, qui n’ont ja­mais gou­ver­né, sont prêts à bous­cu­ler les tables de la loi. Mais tous les autres se sont ral­liés au texte de 1958 et à sa re­cette de fonc­tion­ne­ment, en par­ti­cu­lier l’hy­per­pré­si­dence et un par­le­ment de chambres d’en­re­gis­tre­ment.

Et pour­tant... Qui a ou­blié que la Consti­tu­tion de la Ve Ré­pu­blique est née dans l’ex­cep­tion ? Elle a été en­fan­tée dans la dou­leur d’un pays pro­fon­dé­ment di­vi­sé, dans le contexte des troubles de la IVE Ré­pu­blique im­puis­sante et dans la tra­gé­die de la der­nière guerre co­lo­niale de la France ? Qui a ou­blié que le gé­né­ral de Gaulle ap­pe­lé au pou­voir, face aux me­naces graves ve­nues d’al­gé­rie a vou­lu ain­si, se­lon son cre­do, rompre « avec le ré­gime des par­tis » ?

Avec le temps les ha­bits du gé­né­ral de Gaulle ont été, bon gré mal gré, en­fi­lés par ses suc­ces­seurs qui s’en sont bien ac­com­mo­dés, ado­rant alors ce qu’ils avaient brû­lé hier. Même les pré­si­dents de gauche ont fait leur ce ré­gime contre le­quel Fran­çois Mit­ter­rand avait conduit le pro­cès du « Coup d’état Per­ma­nent ». Jus­qu’à Fran­çois Hol­lande qui vou­lait être un pré­sident nor­mal et qui, au pied du mur, a pro­gres­si­ve­ment re­vê­tu la cha­suble de l’hy­per­pré­sident.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’une com­mis­sion tra­vaille à la ré­forme des institutions. En gé­né­ral ce­ci ne va pas loin. Et d’ailleurs Fran­çois Hol­lande a sai­si l’oc­ca­sion, pour, fort de sa pra­tique, dé­fendre le sys­tème de la Ve Ré­pu­blique. Fi­na­le­ment les ha­bits du pré­sident sont bien taillés et ef­fi­caces, no­tam­ment en cas de crise. Uti­li­sant ain­si les institutions pour dé­li­vrer un sa­tis­fe­cit à son bilan, le pré­sident de la Ré­pu­blique a fait vi­brer un mot cher à la gauche, ce­lui de dé­mo­cra­tie. Pour rap­pe­ler que la pierre an­gu­laire c’est le vote. Le seul juge de paix qui vaille. Sui­vez son re­gard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.