Et le san­glier en­tra dans le maïs

Leurs champs sont si­tués à cô­té d’une ré­serve na­tu­relle

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité - Pierre Vi­gnaud Twit­ter : @Pvi­gnaud87

Des plants de maïs cou­chés sur le sol et des prai­ries en­dom­ma­gées, c’est le triste constat de deux agri­cul­teurs après le pas­sage de san­gliers dans leur champ.

Les fléaux se suc­cèdent mais ne se res­semblent pas. Il y a d’abord conjonc­ture puis la mé­téo. Main­te­nant, il reste les nui­sibles qui dé­truisent les cultures. Ces der­nières se­maines, à d’eymoutiers, en Hau­teVienne, une fra­trie d’agri­cul­teurs doit faire face aux dé­gâts cau­sés par les san­gliers. Ces der­niers ont dé­truit champ de maïs et prai­rie, si­tués à proxi­mi­té d’une ré­serve na­tu­relle.

Un champ de maïs et une prai­rie dé­truits

« Nous avons mis des clô­tures au­tour de nos champs, mais ce­la n’a pas suf­fi. 75 ares de cultures de maïs ont été sac­ca­gés ain­si que 50 ares de prai­ries », énu­mère Yves de Lau­nay, agri­cul­teur à la tête de pro­prié­té de 210 ha, qui élève avec sa soeur 70 vaches et 200 bre­bis.

Ces par­celles, tou­chées par ces des­truc­tions, sont celles qui étaient pré­vues pour ré­sis­ter aux crises suc­ces­sives que connaît le monde agricole. « Nous es­sayons d’être plus au­to­nomes en dé­ve­lop­pant des cultures de maïs et des prai­ries pour nour­rir le bé­tail. Mais ce­la at­tire les ani­maux de la ré­serve », constate l’agri­cul­teur en quête de so­lu­tions.

Pour stop­per ces nui­sances, les deux éle­veurs ont ré­di­gé une lettre à la pré­fec­ture pour le­ver les me­sures de pro­tec­tion. Une bat­tue a eu lieu et une tech­nique d’agrai­nage, qui consiste à nour­rir les ani­maux sau­vages, a été mise en place par la so­cié­té de chasse lo­cale. Mais ce­la reste in­suf­fi­sant. « C’est une so­lu­tion à court terme. Les ani­maux viennent quand même sur les cultures. D’autres fermes dans la même si­tua­tion ont réus­si à ré­gler le pro­blème. Il faut que les chasses soient plus ré­gu­lières pour faire bais­ser le nombre d’ani­maux », de­mande Yves de Lau­nay, qui sou­haite res­ter dans une dé­marche construc­tive. ■

PHO­TO : PATRICIA MINGOTAUD

CHAMPS. Yves de Lau­nay et sa soeur dé­plorent les dé­gâts de­puis trois an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.