La dé­so­la­tion à Haï­ti

Dé­jà plus de 400 morts sur une île ré­gu­liè­re­ment éprou­vée

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Les au­to­ri­tés haï­tiennes et les ONG font état d’un bi­lan hu­main dra­ma­tique après le pas­sage de l’ou­ra­gan Mat­thew qui s’af­fai­blis­sait, hier, mais res­tait me­na­çant pour les côtes du sud-est des Etats-unis.

Haï­ti, pays le plus pauvre des Ca­raïbes, était hier confron­té une nou­velle catastrophe hu­ma­ni­taire, quatre jours après le pas­sage de l’ou­ra­gan Mat­thew qui y a fait des cen­taines de morts et ra­va­gé des villes en­tières.

Au moins 400 per­sonnes sont mortes sous le pas­sage de la des­truc­trice dé­pres­sion mar­di, qui était alors de ca­té­go­rie 4 sur une échelle de cinq avec des vents souf­flant au­tour de 230 km/h.

Mais le bi­lan pour­rait s’alour­dir étant don­né que plu­sieurs com­munes res­taient in­ac­ces­sibles, a pré­ci­sé le sé­na­teur haï­tien Her­vé Four­cand, élu du dé­par­te­ment du Sud.

La pro­tec­tion ci­vile du Sud a évo­qué pour sa part un bi­lan de 315 morts, mais sans prendre en compte les com­munes de Camp Per­rin, Les An­glais, Co­teaux et Ar­ni­quet. Le mi­nis­tère de l’in­té­rieur fai­sait état, lui, de 271 morts.

Un mil­lion de per­sonnes sont dans le be­soin, se­lon L’ONG Care­france: « Beau­coup d’ha­bi­tants ont tout per­du. Ils n’ont plus rien hor­mis les vê­te­ments qu’ils portent. »

Le sud­ouest du pays, sur­tout la pé­nin­sule de Ti­bu­ron, a payé le plus lourd tri­but, en par­ti­cu­lier les lo­ca­li­tés cô­tières de Jérémie, qui compte en­vi­ron 30.000 ha­bi­tants, et Les Cayes, troi­sième ville du pays.

La boue a tout en­va­hi, des routes étaient tou­jours im­pra­ti­cables et un pont cru­cial a été em­por­té mar­di.

Se­lon le bu­reau des Na­tions unies pour l’aide hu­ma­ni­taire (OCHA), jus­qu’à 80% des ré­coltes ont été per­dues par en­droits.

Plus de 21.000 per­sonnes ont été éva­cuées.

Plus de 29.000 mai­sons ont été dé­truites rien que dans le sud. A Jérémie « 80% des bâ­ti­ments ont été ra­sés », se­lon Jean­mi­chel Vi­greux, di­rec­teur de L’ONG Care Haï­ti.

Plu­sieurs ONG craignent en outre de « nou­velles flam­bées » de l’épi­dé­mie de cho­lé­ra, in­tro­duite dans le pays après le séisme de 2010 par des Casques bleus de la Mis­sion de L’ONU sur place (Mi­nus­tah).

Les prio­ri­tés sont par consé­quent « l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau po­table » et « les opé­ra­tions d’as­sai­nis­se­ment » de l’eau, a ex­pli­qué Émi­lie Ber­nard de L’ONG Ac­ted, qui va en­voyer lun­di plu­sieurs sta­tions de trai­te­ment d’eau pour ap­pro­vi­ sion­ner 11.000 per­sonnes par jour en eau po­table.

Les craintes d’épi­dé­mies sont d’au­tant plus fortes que de nom­breux centres de san­té ont été dé­té­rio­rés.

Plu­sieurs pays ont an­non­cé ve­hier des aides pour Haï­ti, un pays de 10,3 mil­lions d’ha­bi­tants qui peine en­core à se re­le­ver du ter­rible séisme de 2010 (plus de 200.000 morts).

De­puis le trem­ble­ment de terre, beau­coup n’ont pas re­trou­vé de lo­ge­ment en dur et vivent sous des toits de tôle qui ne ré­sistent pas aux vents vio­lents.

Le Pro­gramme ali­men­taire mondial de L’ONU a in­di­qué avoir consti­tué des ré­serves ca­pables de nour­rir 300.000 per­sonnes pen­dant un mois.■

Se­cours fran­çais. La France va en­voyer en Haï­ti, tou­ché par l’ou­ra­gan Mat­thew, « 60 mi­li­taires de la sé­cu­ri­té ci­vile », « 32 tonnes de ma­té­riel dont deux sta­tions de pu­ri­fi­ca­tion de l’eau », ain­si que deux of­fi­ciers su­pé­rieurs de sa­peurs-pom­piers, a an­non­cé l’ely­sée hier.

PHO­TO AFP

DÉ­SO­LA­TION. Au moins 400 morts en Haï­ti se­lon un bi­lan qui reste très pro­vi­soire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.