Fin de l’aven­ture pour Pa­na­zol

Aixe a mis fin à la belle apo­pée pa­na­zo­laise

La Montagne (Brive) - - Sports Football - Alexandre Pé­cout

L’AS Aixoise a com­pos­té son billet pour le 6e tour de la Coupe de France, hier après-mi­di, sur le ter­rain de L’AS Pa­na­zol, à l’is­sue d’une pres­ta­tion re­la­ti­ve­ment terne dont on ne re­tien­dra que la qua­li­fi­ca­tion (1-1, 8-7 aux tirs au but).

Pa­na­zol peut nour­rir d’énormes re­grets. Net­te­ment do­mi­na­teurs pen­dant 70 mi­nutes, et ce jus­qu’à l’éga­li­sa­tion des vi­si­teurs par Bor­deau, les joueurs d’amine Irhab, qui avaient re­chaus­sé les cram­pons pour l’oc­ca­sion, ont laissé fi­ler une qua­li­fi­ca­tion pour le 6e tour qui leur ten­dait les bras.

La faute à une séance de tirs au but aus­si cruelle qu’interminable, mais sur­ tout à une or­gie d’oc­ca­sions lou­pées et de si­tua­tions mal né­go­ciées en pre­mière mi­temps.

En ef­fet, pen­dant 45 mi­nutes, les Pa­na­zo­lais avaient : lit­té­ra­le­ment as­sié­gé le camp ad­verse, mul­ti­plié les si­tua­tions dan­ge­reuses et li­vré un vé­ri­table ré­ci­tal tech­nique au pu­blic. À tel point que, lorsque les Aixois re­ga­gnaient les ves­tiaires avec un seul but de re­tard (Ouan­jine, 20e), le sort du match au­rait dé­jà pu être scel­lé et la qua­li­fi­ca­tion ac­quise. « On n’a pas été bon du tout en pre­mière mi­temps, ana­ly­sait Fran­çois Mal­manche, l’en­traî­neur aixois. On a vrai­ment tout fait à l’en­vers. »

L’écart d’un but son­nait donc comme un moindre mal tant les lo­caux avaient eu, à maintes re­prises, l’op­por­tu­ni­té de tuer le match.

Mais, par manque de lu­ci­di­té de­vant le but, précipitation dans le der­nier geste ou mau­vais choix, en plus d’un pe­nal­ty lou­pé dès l’en­tame du match, ils étaient dé­sor­mais à la mer­ci d’un ad­ver­saire plus réa­liste.

Et fa­ta­le­ment, la sanc­tion fi­nit par tom­ber. Contrai­re­ment au tour pré­cé­dent où les Pa­na­zo­lais avaient, sans consé­quence, usé de mal­adresse, ils sont tom­bés cette fois sur un ad­ver­saire de ca­libre su­pé­rieur qui ne s’est pas fait prier pour éga­li­ser.

Les lo­caux ne pou­vaient s’en prendre qu’à eux­mêmes et, mal­gré en­core deux op­po­ru­ni­tés sup­plé­men­taires, ils voyaient le spectre d’une éli­mi­na­tion im­mé­ri­tée poin­ter au­des­sus de leur tête à me­sure que la séance de tirs au but se rap­pro­chait.

« On doit avoir la vic­toire mo­deste », nuan­çait Fran­çois Mal­manche, conscient que son équipe avait réa­li­sé un pe­tit hold­up.

Mais qu’im­porte, l’esthétisme n’a pas tou­jours sa place dans le football et, d’au­tant plus en Coupe, on ne re­tient gé­né­ra­le­ment que le vain­queur à la fin d’un match.

Pa­na­zol voit donc là sa belle épo­pée s’ar­rê­ter et c’est bien Aixe qui se­ra pré­sent au ti­rage au sort du 6e tour jeu­di ma­tin. ■

PHO­TO THIER­RY SALLAUD

DRIBBLES. Ouan­jine a fait vivre un vé­ri­table cal­vaire à ses ad­ver­saires. En vain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.