Coup de froid entre Mos­cou et Pa­ris

Pou­tine an­nule sa vi­site pré­vue le 19 oc­tobre, jour où il ver­ra peut­être Hollande à Ber­lin

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Les ten­sions di­plo­ma­tiques entre Pa­ris et Mos­cou liées à la guerre en Syrie ont culmi­né hier avec l’an­nu­la­tion par Vla­di­mir Pou­tine d’une vi­site pré­vue de longue date à Pa­ris, en rai­son des condi­tions po­sées par la France.

Après plu­sieurs jours d’hé­si­ta­tions, l’ély­sée a, hier, « fait sa­voir qu’une réunion de tra­vail avec le pré­sident russe était pos­sible sur la Syrie, à l’ex­clu­sion de tout autre évé­ne­ment, pour le pré­sident de la Ré­pu­blique ». Mais Vla­di­mir Pou­tine « a dé­ci­dé d’an­nu­ler » son dé­pla­ce­ment à Pa­ris pré­vu le 19 oc­tobre. Une vi­site à l’ori­gine liée à l’inau­gu­ra­tion d’une grande ca­thé­drale or­tho­doxe. Le pré­sident russe reste ce­pen­dant « dis­po­sé à vi­si­ter Pa­ris lorsque le pré­sident Hollande se sen­ti­ra à l’aise » pour le voir, a dé­cla­ré, à Mos­cou, avec un brin d’iro­nie, le porte­pa­role du Krem­lin Dmi­tri Pes­kov.

Au même mo­ment, Fran­çois Hollande di­sait être « prêt à tout mo­ment à ren­con­trer » son ho­mo­logue russe pour faire avan­cer la paix. « Avec la Rus­sie, le dia­logue est né­ces­saire mais il doit être ferme et franc », a ajou­té le pré­sident de­vant l’as­sem­blée par­le­men­taire du Con­seil de l’eu­rope, tout en sou­li­gnant que Pa­ris et Mos­cou ont « un désac­cord ma­jeur » sur la Syrie.

« États d’âme »

Ce désac­cord s’est ma­té­ria­li­sé quand la Rus­sie a op­po­sé son ve­to, sa­me­di soir, aux Na­tions unies, à une ré­so­lu­tion fran­çaise ap­pe­lant à la ces­sa­tion des bom­bar­de­ments sur Alep (voir ci­contre) et a pré­sen­té un texte dif­fé­rent. La ré­so­lu­tion dé­fen­due par la France ap­pe­lait à la fin des raids du ré­gime sy­rien et de son al­lié russe dans la deuxième ville de Syrie. La contre­pro­po­si­tion russe ré­cla­mait la ces­sa­tion des hos­ti­li­tés, mais sans évo­quer ces bom­bar­de­ments, qui ont fait des cen­taines de morts de­puis le dé­but de l’of­fen­sive contre Alep le 22 sep­tembre.

Lun­di soir, Fran­çois Hollande confiait à une té­lé­vi­sion fran­çaise qu’il se « po­sait la ques­tion » de re­ce­voir son ho­mo­logue russe, en rai­son des « crimes de guerre » com­mis par le ré­gime de Ba­char al­as­sad à Alep avec le sou­tien de l’avia­tion russe. « Est­ce que c’est utile ? Est­ce que c’est né­ces­saire ? », s’in­ter­ro­geait alors le pré­sident dans cet en­tre­tien réa­li­sé sa­me­di et ren­du pu­blic di­manche. Le chef de la diplomatie fran­çaise, JeanMarc Ay­rault, avait quant à lui pré­ve­nu, lun­di, que Fran­çois Hollande di­rait des « vé­ri­tés » à son ho­mo­logue russe s’il se dé­ci­dait à le re­ce­voir le 19 oc­tobre. « Si le pré­sident de la Ré­pu­blique dé­cide que le pré­sident russe vient, ça ne se­ra pas pour des mon­da­ni­tés, ce se­ra pour dire des vé­ri­tés », avait dé­cla­ré le mi­nistre des Af­faires étran­gères.

Le Krem­lin a fi­na­le­ment re­fu­sé, hier, la pro­po­si­tion de Pa­ris d’une réunion de tra­vail et la vi­site de Vla­di­mir Pou­tine a été an­nu­lée.

Lun­di ma­tin, le porte­pa­role du Krem­lin, Dmi­tri Pes­kov, as­su­rait en­core que les pré­pa­ra­tifs se pour­sui­vaient. Cô­té russe, les « états d’âme » du pré­sident fran­çais ont pa­ru dé­pla­cés alors que « quand il y a des ten­sions di­plo­ma­tiques, il faut par­ler, c’est le mo­ment où ja­mais », se­lon une source di­plo­ma­tique russe.

Ren­dez-vous à Ber­lin ?

Vla­di­mir Pou­tine n’ex­clut en re­vanche pas de se rendre à Ber­lin le 19 oc­tobre au soir pour une réunion consa­crée à la crise ukrai­nienne, comme l’a dit lun­di soir un de ses aides, Iou­ri Ou­cha­kov, de­puis Is­tan­bul, en marge d’une vi­site d’état.

C’est la chan­ce­lière al­le­mande, An­ge­la Mer­kel, qui a pro­po­sé ce ren­dez­vous au for­mat dit « Nor­man­die » – ras­sem­blant l’al­le­magne, la France, la Rus­sie et l’ukraine –, se­lon une source di­plo­ma­tique russe. À ce stade, il n’était ce­pen­dant pas sûr que le pré­sident ukrai­nien y par­ti­cipe, se­lon la même source. Les ré­centes ten­sions entre Pa­ris et Mos­cou risquent aus­si de com­pli­quer les choses.

Pré­vue de longue date, la vi­site à Pa­ris de Pou­tine de­vait lui per­mettre d’inau­gu­rer un pres­ti­gieux « centre spi­ri­tuel et cultu­rel or­tho­doxe russe », qui abrite no­tam­ment une ca­thé­drale or­tho­doxe, au coeur de Pa­ris. Fran­çois Hollande de­vait éga­le­ment inau­gu­rer avec lui une ex­po­si­tion or­ga­ni­sée par la Fon­da­tion Vuit­ton sur la col­lec­tion du mé­cène russe Ser­gueï Ch­tou­ch­kine, na­tio­na­li­sée après la ré­vo­lu­tion de 1917. ■

PHOTO D’AR­CHIVES AFP

BOUDEURS. Vla­di­mir Pou­tine et Fran­çois Hollande en sep­tembre 2013, lors du G20 de Saint-pé­ters­bourg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.