BRÈVES DE CAM­PAGNE

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

ÉVI­TER LE PU­GI­LAT.

Le pre­mier dé­bat té­lé­vi­sé de la pri­maire de la droite ne doit pas « tour­ner au pu­gi­lat » pour ne pas « écoeu­rer » des élec­teurs, ni com­pli­quer le ras­sem­ble­ment, a aver­ti, hier, le chef de file des dé­pu­tés cen­tristes, Phi­lippe Vi­gier. Cet élu UDI d’eure-etloir a évo­qué le contre-exemple à ses yeux des at­taques entre so­cia­listes au mo­ment de la pri­maire de 2011. ■

MAIN BASSE SUR LA PRI­MAIRE.

Les porte-pa­role de Fran­çois Fillon ont dé­non­cé, hier, « la cap­ta­tion, le rapt » de la pri­maire de la droite par des « pres­sions son­da­gières », en as­su­rant que les Fran­çais al­laient « peut-être écrire une autre his­toire ». « Le duo de tête n’existe que dans les son­dages », se­lon eux. ■

BOUDERIE POST-PRI­MAIRE ?

Ar­naud Mon­te­bourg a in­di­qué, hier, qu’il ne par­ti­ci­pe­rait pas à la cam­pagne de Fran­çois Hollande en 2017 si ce der­nier sol­li­ci­tait un se­cond man­dat à l’ély­sée et rem­por­tait la pri­maire ini­tiée par le PS (en jan­vier). « Je ne vous dis pas que je se­rai en pre­mière par­tie chauf­feur de salle. Je l’ai dé­jà fait, je vois ce que ça a don­né », a dé­cla­ré Ar­naud Mon­te­bourg. ■

« RÉGRESSIONS DE L’ÉTAT DE DROIT ».

Les dé­pu­tés so­cia­listes ont dé­non­cé, hier, les ré­fé­ren­dums pro­po­sés par Ni­co­las Sar­ko­zy comme « des régressions de l’état de droit », les ra­di­caux de gauche par­lant d’une « en­tre­prise ha­sar­deuse ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.