Ré­serves in­cen­die : les règles vont s’as­sou­plir

Le dé­par­te­ment va se do­ter d’un nou­veau rè­gle­ment de dé­fense ex­té­rieur contre l’in­cen­die. Il as­sou­plit les règles pour que le ter­ri­toire soit mieux cou­vert en points d’eau, pour sau­ver les bâ­ti­ments des in­cen­dies.

La Montagne (Brive) - - La Une - Jean-louis Mer­cier jean-louis.mer­cier@cen­tre­france.com

«Un nou­veau rè­gle­ment dé­par­te­men­tal de dé­fense contre les in­cen­dies ». Les élus lo­caux, et les contri­buables en gé­né­ral, vont im­mé­dia­te­ment as­so­cier à cette phrase les mots « norme », « obli­ga­tions », « dé­penses » et autre « date bu­toir » tant re­dou­tés.

Et bien pour une fois, c’est tout l’in­verse. Ce nou­veau rè­gle­ment, qui se­ra dé­taillé au­jourd’hui lors du Car­re­four des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales (lire ci­des­sous), sim­pli­fie, ra­tio­na­lise. Et même, chose in­es­pé­rée, ré­duit les coûts.

L’idée est simple à com­prendre : en terme de pro­tec­tion in­cen­die des bâ­ti­ments, dans les com­munes, un texte ré­gis­sait tout de­puis 1951. Il exi­geait un dé­bit en eau de 120 m3 sur deux heures, à 100 mètres du risque à dé­fendre. A par­tir de cette norme ri­gide, les maires de­vaient se dé­brouiller pour re­cen­ser ou créer les lieux de prise d’eau : borne sur l’eau po­table, prise d’eau sur un étang ou une ri­vière, ré­serve souple ou ré­serve à ciel ou­vert…

A peu près réa­li­sable dans les grosses com­munes, l’af­faire se com­pli­quait dans les plus pe­tites, qui cu­mulent par­fois faibles moyens, grande su­per­fi­cie et ha­bi­tat dis­per­sé. Au­tant dire que le texte de 1951 n’était pas par­fai­te­ment res­pec­té. Au grand risque des maires, res­pon­sables ju­ri­di­que­ment par­lant de la pro­tec­tion in­cen­die des bâ­ti­ments.

Le nou­veau rè­gle­ment, « voi­là 10 ans qu’on y tra­vaille » ex­plique le ca­pi­taine Pas­cal Pa­che­rie, ad­joint au chef de Grou­pe­ment ges­tion des risques au SDIS 19. Ce­la de­vrait se conclure par un ar­rê­té pré­fec­to­ral en mars 2017. La con­cer­ta­tion me­née avec les élus, les ser­vices de l’etat, et bien­tôt les ges­tion­naires des ré­seaux d’eau et les bu­reaux d’études, va per­mettre de pro­po­ser une nou­velle vi­sion des choses.

« Nous avons ana­ly­sé les ris­ ques, re­prend Pas­cal Pa­che­rie, et pour chaque ca­té­go­rie de risque, nous avons éta­bli un vo­lume d’eau, une dis­tance et un temps don­nés. » Exit les 120 m3 par­tout. « 120 m3 sur deux heures, ce se­ra la ca­té­go­rie maxi­mum, mais il en y au­ra d’autres en des­sous, jus­qu’à la plus pe­tite de 30 m3 sur une heure, à 400 mètres ».

Con­crè­te­ment, il n’est plus né­ces­saire de pré­voir des grosses ré­serves par­tout, ni des ca­na­li­ sa­tions au­to­ri­sant des dé­bits énormes. « On va s’adap­ter à ce qui est uti­li­sable sur place ». Ici un pe­tit étang fe­ra l’af­faire pour­vu que la route qui y mène soit car­ros­sable et que la prise d’eau soit ac­ces­sible. Là, un an­cien wa­gon­ci­terne SNCF, dont la cuve de 60 m3 est ré­cu­pé­rée et en­ter­rée, sto­cke­ra l’eau. Ailleurs, une ré­serve d’eau souple se­ra utile, mais le mo­dèle de 30 m3 suf­fi­ra, soit quatre fois moins que celles que l’on voit gé­né­ra­le­ment.

En aug­men­tant les res­sources po­ten­tielles en eau, on évite de sol­li­ci­ter sys­té­ma­ti­que­ment les ré­seaux d’eau po­table. « Un tel ré­seau, ce n’est pas fait pour la dé­fense in­cen­die, rap­pelle le ca­pi­taine Pa­che­rie. Si, pour un in­cen­die, on cure l’in­té­gra­li­té du conte­nu du châ­teau d’eau d’une com­mune, ce­la crée un aléa im­por­tant pour les ha­bi­tants ».

Le nou­veau rè­gle­ment va en­gen­drer des éco­no­mies en terme d’amé­na­ge­ment. Il reste dé­sor­mais à iden­ti­fier les nou­veaux points d’eau, en fonc­tion de l’ha­bi­tat et des ac­ti­vi­tés éco­no­miques. Et à in­clure, aus­si, la sé­cu­ri­té in­cen­die dans tout pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment com­mu­nal. ■

PHO­TO AGNÈS GAU­DIN

RÉ­SERVES. Les « bouillottes » géantes, po­si­tion­nées là où de l’eau est né­ces­saire pour lut­ter contre les éven­tuels in­cen­dies de bâ­ti­ments, n’au­ront plus be­soin d’être tou­jours aus­si grandes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.