« Si tu vou­lais être tranquille… »

Le duo is­lois Bar­rière­hi­vert se confient avant le der­by

La Montagne (Brive) - - Sports - Jean-fran­çois Dar­thoux Twit­ter @Jf­dar­thoux

An­ciens joueurs saint-ju­niauds de­ve­nus co­en­traî­neurs is­lois, Jean-phi­lippe Bar­rière et Ch­ris­tophe Hi­vert ont une so­lide ex­pé­rience des der­bies.

Ils au­raient pu être sur le banc des vi­si­teurs. Mais di­manche après­mi­di (15 h 30, La­mar­saude), ils se­ront sous la ca­hute de la JA Isle qu’ils en­traînent en­semble de­puis cette sai­son. Jean­phi­lippe Bar­rière, 36 ans, gan­tier pure souche, et Ch­ris­tophe Hi­vert, 48 ans de­puis hier, saint­ju­niaud d’adop­tion, re­viennent sur les liens qui les rat­tachent à la ville et à un club qui tiennent une place pri­vi­lé­giée dans leur vie et leur car­rière.

Saint-ju­nien, c’est…

Jean-phi­lippe Bar­rière : «La fa­mille, les pa­rents, là où j’ai gran­di. C’est toute mon en­fance, les potes. Je ne suis par­ti de SaintJu’qu’à 24­25 ans. »

Ch­ris­tophe Hi­vert : « Je suis saint­ju­niaud de­puis 1989. J’y ha­bite tou­jours. J’ai pas­sé de très bons mo­ments avec de bons mecs, ça ne s’ou­blie pas. »

Les spé­ci­fi­ci­tés de L’ASSJ

C. H. : « Saint­ju­nien, c’est un es­prit clo­cher. La ville bouge et vit beau­coup pour le rugby. Avec sur­tout tous ces bé­né­voles qui gra­vitent au­tour. »

J.-P. B. : « À Saint­ju’, le di­manche tu vas au rugby, le sa­me­di soir au hand. Il y a beau­coup de di­ri­geants, de bé­né­voles. Je me rap­pelle des re­pas tous les ven­dre­dis soirs. »

Un joueur mar­quant

C. H. : « J’ai joué avec un mec qui s’ap­pe­lait Vern Cot­ter, en 8, de­vant moi. Je ne vais pas dire que c’était mon idole mais c’était quand même un su­per joueur. »

J.-P. B. : « (longue hé­si­ta­tion). Un plus qu’un autre… Da­niel Bar­rier, la force tranquille. Tu ne l’en­ten­dais ja­mais. Tu avais l’im­pres­sion qu’il fai­sait tout dou­ce­ment mais c’était propre. »

Les amis

J.-P. B. : « C’est un en­semble, toute une gé­né­ra­tion. Vincent Win­tre­bert, Da­vid Gres­sier, Ri­chard Ni­co­las, Guillaume Fi­chet et tous les autres… On était un groupe de co­pains qui pas­saient leur temps en­semble. »

C. H. : « À la base, je suis bri­viste. C’est Christian De­lage qui m’a fait ve­nir avec des an­nées fa­bu­leuses, no­tam­ment avec mon ami Ch­ris­tophe Serre qui est par­ti. J’ai en­core beau­coup de co­pains. »

Les meilleurs mo­ments

C. H. : « 95, la fi­nale contre Car­maux à Au­rillac. Une équipe for­mi­dable avec Alain Guillart à sa tête. »

J.-P. B. : « Moi aus­si. On y était tous. On a fait tous les matchs des phases fi­nales. »

Les der­bies contre Isle

C. H. : « Je me rap­pelle de Da­vid Mar­cheix, De­nis Mon­zat, Ni­co­las Bois­se­rie en 9, Va­ro­queaux, Beau­gier, Bost. C’était tou­jours un peu ten­du. Une am­biance par­ti­cu­lière mais c’était vrai­ment chouette. »

J.-P. B. : « C’était le match que tu at­ten­dais. On se croi­sait dans les soi­rées à Li­moges. Si tu vou­lais être tranquille le reste de l’an­née, il fal­lait le ga­gner. Si­non, ça cham­brait un mo­ment. »

Un sou­ve­nir de der­by

J.-P. B. : « Je me rap­pelle d’un match où dix mi­nutes après le dé­but, Mar­chou (Da­vid Mar­cheix) et Mo­rich’(di­dier Mo­ri­chon) se bat­taient. Les deux ta­lon­neurs et ca­pi­taines, c’était ri­go­lo. »

C. H. : « Je crois que mon der­nier der­by c’était à Isle avec Phi­lippe Go­be­let en troi­sième ligne. On perd à la der­nière mi­nute sur une mê­lée sous les po­teaux. Après ça c’est tou­jours bien pas­sé. Avec De­nis Mon­zat, on s’est un peu cher­ché sur le ter­rain. C’est vrai que j’étais un peu chiant, mais c’était mon rôle (sou­rire). Après, pour la troi­sième mi­temps, on était as­sez grand et ma­lin pour pas­ser une bonne soi­rée. » ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.