Hom­mage aux vic­times en pré­sence de Hol­lande

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

Trois mois après l’at­ten­tat et les po­lé­miques, Fran­çois Hol­lande ren­dra, de­main, à Nice, un hom­mage na­tio­nal aux vic­times du 14 juillet.

Mal­gré l’ap­proche de la pré­si­den­tielle, la po­lé­mique entre le gou­ver­ne­ment et la très sar­ko­zyste mai­rie de Nice sur les failles d’or­ga­ni­sa­tion le soir de l’at­ten­tat, qui a fait 86 morts et des cen­taines de bles­sés, de­vrait être pro­vi­soi­re­ment mise entre pa­ren­thèses.

« J’en­tends bien, au cô­té du pré­sident de la Ré­pu­blique fran­çaise, ame­ner l’image de la plus grande di­gni­té. Que ce soit pour les vic­times, pour Nice et pour la France », a ain­si dé­cla­ré lun­di, Christian Es­tro­si, pré­sident de Nice Mé­tro­pole Côte d’azur.

Du­rant l’été, la droite avait ac­cu­sé le gou­ver­ne­ment de « laxisme » dans la lutte an­ti­ter­ro­riste et l’ex­trême droite, très en­ra­ci­née à Nice et sa ré­gion, avait ap­pe­lé à la « dé­mis­sion » du mi­nistre de l’in­té­rieur, Ber­nard Ca­ze­neuve.

Quand il était ve­nu à Nice, quatre jours après le drame pour ob­ser­ver une mi­nute de si­lence aux cô­tés de la foule, le Pre­mier mi­nistre, Ma­nuel Valls, avait été ac­cueilli sous les huées et aux cris d’« as­sas­sins », « dé­mis­sion »…

Cette co­lère à l’égard du pou­voir avait été per­çue comme le signe des ten­sions crois­santes de la so­cié­té fran­çaise, dé­jà trau­ma­ti­sée par les at­ten­tats de jan­vier (17 morts), et no­vembre 2015 (130 morts), à Pa­ris et SaintDe­nis. ■

In­ti­mi­té. Au­tour de Fran­çois Hol­lande, seuls des élus, des dé­lé­ga­tions étran­gères, des fa­milles en­deuillées, des vic­times et des per­sonnes im­pli­quées ont été in­vi­tées sur la Col­line du Châ­teau, qui s’élève en bord de mer, près du Vieux Nice.

DEUIL. Pro­me­nade des An­glais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.