QUES­TIONS A

La Montagne (Brive) - - Le Fait Du Jour -

YVES GAO­NACH Di­rec­teur de la Sa­fer Li­mou­sin

Des Chi­nois ont ra­che­té 1.700 hec­tares dans l’indre, faut-il faire ap­pel à des in­ves­tis­seurs pour ache­ter les terres ? Oui, mais pas n’im­porte les­quels. Il faut ar­ri­ver à trou­ver des ca­pi­taux per­met­tant l’ins­tal­la­tion de jeunes agri­cul­teurs.

Comment pro­cé­dez-vous ? On achète des terres qui ne trouvent pas pre­neurs. Dans l’éle­vage, il faut de gros ca­pi­taux pour ache­ter. La Sa­fer va sto­cker. Nous re­cher­chons en­suite des in­ves­tis­seurs qui achètent le foncier tout en s’en­ga­geant à louer leurs terres. On a un por­te­feuille de per­sonnes in­té­res­sées qui sou­haitent in­ves­tir dans la terre car c’est un in­ves­tis­se­ment sûr, moins vo­la­til que l’or par exemple.

Ne dé­pos­sède-t-on pas les agri­cul­teurs de leurs terres ? Les in­ves­tis­seurs ont l’obli­ga­tion de louer à long terme. Ils sont en­ca­drés. Si on a un pro­jet d’agran­dis­se­ment d’un cô­té et un in­ves­tis­seur qui veut ins­tal­ler un jeune de l’autre, la prio­ri­té se­ra don­née à l’ins­tal­la­tion.

Comment faites-vous pour fa­vo­ri­ser l’ins­tal­la­tion ? Jus­te­ment, les terres sto­ckées se­ront cé­dées en prio­ri­té aux hors cadres fa­mi­liaux, c’est-àdire non is­sus du mi­lieu agri­cole. Nous pro­po­sons aus­si le « por­tage ». Il s’agit d’une conven­tion avec le Crédit agri­cole qui per­met à la Sa­fer d’ache­ter le foncier non bâ­ti et de le re­vendre au fer­mier au bout de cinq ans. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.