Sé­bas­tien Ogier dans le car­ré d’as

Le pi­lote fran­çais vain­queur dé­croche sa qua­trième cou­ronne mon­diale

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

Ses quatre titres le font en­trer dans le car­ré d’as des ral­lyes ! Le Fran­çais Sé­bas­tien Ogier est de­ve­nu cham­pion du monde pour la 4e fois consé­cu­tive, hier, en Ca­ta­logne.

Vain­queur en Ca­ta­logne de­vant deux pi­lotes Hyun­dai, Da­ni Sor­do et Thier­ry Neu­ville, Ogier (VW Po­lo­r) est ti­tré alors qu’il reste deux manches à dis­pu­ter dans ce cham­pion­nat 2016, le « RAC » en Grande­bre­tagne et l’aus­tra­lie.

Au nombre de titres, il fait aus­si bien que Kank­ku­nen (qui ne les avait pas rem­por­tés consé­cu­ti­ve­ment) et Mä­ki­nen (le pre­mier à être sa­cré quatre fois de suite), deux lé­gendes du siècle der­nier.

Évi­dem­ment, l’autre Sé­bas­tien fran­çais, l’al­sa­cien Loeb, semble en­core hors d’at­teinte avec ses neuf titres WRC. Ce­la ne doit pour­tant pas éclip­ser le fait que le pal­ma­rès d’ogier, 32 ans, est dé­jà énorme, avec des sta­tis­tiques élo­quentes : 37 vic­toires et 54 po­diums en 108 ral­lyes, de­puis ses pre­miers points au Mexique en 2008, dans une Ci­troën.

« C’est fan­tas­tique. C’était une sai­son dif­fi­cile mais j’ai tou­jours pu comp­ter sur une voi­ture par­faite », s’est ré­joui Ogier au point stop de la 19e et der­nière épreuve spé­ciale, après être re­des­cen­du du toit de sa Po­lo­r avec son co­pi­lote Ju­lien In­gras­sia.

L’an­cien mo­ni­teur de ski des Hautes­alpes n’a pas ou­blié d’as­so­cier In­gras­sia à ce 4e titre d’af­fi­lée. « Avec Ju­lien, nous sommes comme un couple, nous nous en­gueu­lons par­fois, mais sans lui je n’au­rais pas pu réus­sir », a lan­cé Ogier, en­la­cé par un Bi­ben­dum Mi­che­lin pour la 300e vic­toire des pneus fran­çais en WRC.

Ogier n’avait qu’un point à mar­quer, théo­ri­que­ment ce­lui d’une 10e place, pour s’as­su­rer ce 4e titre d’af­fi­lée, après l’aban­don sa­me­di de son co­équi­pier nor­vé­gien An­dreas Mik­kel­sen. Mais il a mis un point d’hon­neur à rem­por­ter le ral­lye, comme à chaque fois qu’il a été sa­cré de­puis 2013.

Une ca­pa­ci­té d’adap­ta­tion hors du com­mun

Per­fec­tion­niste, sûr de lui, in­tro­ver­ti mais ca­pable de coups de sang, Ogier pos­sède une ca­pa­ci­té d’adap­ta­tion hors du com­mun, sur tous les ter­rains. Et ré­agit vi­ve­ment lorsque les choses lui dé­plaisent.

Dès ses tout dé­buts au vo­lant des WRC Ci­troën, en 2010 au ral­lye de Jor­da­nie, Ogier laisse écla­ter sa fu­reur après qu’un « ba­layage » des routes lui est im­po­sé pour fa­vo­ri­ser la tâche de son chef de file d’alors, Loeb en per­sonne. Et ce alors même que son ave­nir au sein du construc­teur fran­çais est loin d’être scel­lé.

Ses ac­cro­chages avec le mul­tiple cham­pion du monde at­teignent leur apo­gée au ral­lye d’al­le­magne 2011, lorsque Loeb voit son contrat re­nou­ve­lé en tant que pre­mier pi­lote, ce qu’ogier a du mal à ac­cep­ter. Il vit une an­née de pur­ga­toire au vo­lant d’une Sko­da en 2012, en at­ten­dant que la Po­lo­r WRC soit dé­ve­lop­pée. L’an­née sui­vante, neuf vic­toires et un pre­mier titre ouvrent la route à d’autres suc­cès.

Cette an­née, le qua­druple cham­pion du monde n’a ga­gné « que » cinq fois sur onze, à cause d’un rè­gle­ment sur les ordres de pas­sage qui le pé­na­lise, en l’obli­geant à pas­ser le pre­mier sur les spé­ciales en terre. Et donc à ba­layer la piste, pen­dant les deux pre­miers jours de chaque ral­lye.

Hier ma­tin, Ogier est par­ti pour les 62 der­niers ki­lo­mètres chro­no­mé­trés, sur as­phalte, avec cinq se­condes d’avance sur Sor­do. Il a tout de suite dou­ché les es­poirs éven­tuels du pi­lote es­pa­gnol en si­gnant le “temps scratch” dans L’ES16. ■

PAL­MA­RÈS. Il reste en­core deux manches à dis­pu­ter mais Ogier peut dé­jà sa­brer le cham­pagne. Il tient de­puis hier sa 4e cou­ronne mon­diale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.