La Sy­rie et la Rus­sie sus­pendent tem­po­rai­re­ment leur pi­lon­nage

Mos­cou s’en­gage à ar­rê­ter ses bom­bar­de­ments mais pas ses opé­ra­tions au sol

La Montagne (Brive) - - La Une -

Mos­cou a an­non­cé hier un ar­rêt im­mé­diat des raids des avia­tions russe et sy­rienne sur Alep, en geste « de bonne vo­lon­té » et pour per­mettre l’éva­cua­tion des ci­vils. Un « ar­rêt tem­po­raire », pré­cise le mi­nistre russe de la Dé­fense.

L’an­nonce sur­prise de la Rus­sie d’in­ter­rompre les bom­bar­de­ments sur Alep in­ter­vient après des se­maines de cri­tiques des Oc­ci­den­taux contre la bru­ta­li­té des bom­bar­de­ments de l’ar­mée de Ba­char al­as­sad, sou­te­nue par les bom­bar­diers et les avions d’at­taque russes.

Le porte­pa­role de L’OCHA (bu­reau des Na­tions unies pour l’aide hu­ma­ni­taire) s’est dit « sa­tis­fait » de cette an­nonce, tout en de­man­dant « des assurances de toutes les par­ties au conflit » avant que L’ONU ne pé­nètre dans Alep avec de l’aide.

« Une pause »

Le mi­nistre russe de la Dé­fense a pré­ci­sé que cet « ar­rêt tem­po­raire » des raids était né­ces­saire à la mise en oeuvre de la « pause hu­ma­ni­taire » pré­ vue jeu­di, qui doit per­mettre aux ci­vils de quit­ter les quar­tiers re­belles as­sié­gés de la deuxième ville de Sy­rie. Ser­gueï Choï­gou n’a rien dit en re­vanche sur les com­bats au sol, qui peuvent conti­nuer.

Se­lon l’ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’homme (OSDH), les raids aé­riens ont ef­fec­ti­ve­ment ces­sé dans Alep­est mais des com­bats conti­nuent dans le vieil Alep, sur la ligne de dé­mar­ca­tion entre les zones contrô­lés par les re­belles et par le ré­gime. Des bom­bar­de­ments ont aus­si été en­ten­dus dans la ré­gion d’alep.

Cette pause hu­ma­ni­taire « per­met­tra la sor­tie en toute sé­cu­ri­té via six cou­loirs hu­ma­ni­taires des ci­vils et l’éva­cua­tion des ma­lades et des bles­sés de la par­tie orien­tale d’alep », a pour­sui­vi le mi­nistre russe.

Di­plo­ma­tie

Elle au­to­ri­se­ra éga­le­ment le dé­part des com­bat­tants re­belles le dé­si­rant, sou­ligne Mos­cou. Les Russes de­mandent en ef­fet aux Oc­ci­den­taux de convaincre les re­belles de prendre leurs dis­tances avec les dji­ha­distes du Front Fa­teh al­cham, ex­front al­nos­ra et an­cienne branche sy­rienne d’al­qaï­da.

Lun­di soir, l’am­bas­sa­deur russe aux Na­tions unies avait pour­tant dé­cla­ré que les com­bat­tants du Front Fa­teh al­cham de­vaient eux aus­si quit­ter Alep « ou être dé­faits ».

Se­lon Ser­gueï Choï­gou, l’ar­rêt des raids aé­riens ai­de­ra au suc­cès de dis­ cus­sions axées « sur la sé­pa­ra­tion entre l’op­po­si­tion mo­dé­rée et les ter­ro­ristes à Alep », qui doivent dé­bu­ter au­jourd’hui à Ge­nève. Des of­fi­ciers russes sont dé­jà en Suisse pour par­ti­ci­per à ces dis­cus­sions, a­t­il pré­ci­sé.

Dé­luge de feu

Les 250.000 ha­bi­tants des quar­tiers est d’alep, aux mains des re­belles de­puis 2012, sont sou­mis de­puis le 22 sep­tembre à un dé­luge de feu de l’avia­tion russe et sy­rienne, le ré­gime de Ba­char al­as­sad ayant lan­cé une vaste of­fen­sive vi­sant à re­prendre la ville.

Dans la nuit de lun­di à mar­di, soit avant l’ar­rêt des frappes, des bom­bar­de­ments russes ont d’ailleurs vi­sé des quar­tiers re­belles, fai­sant au moins cinq morts, un couple et ses trois en­fants, se­lon l’ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’homme (OSDH). Dans le quar­tier de Bous­tane al­qasr, un im­meuble tou­ché par une frappe s’est ef­fon­dré avec ses ha­bi­tants à l’in­té­rieur d’après le cor­res­pon­dant de L’AFP, qui a en­suite vu les corps de cinq per­sonnes, dont des en­fants. ■

PHO­TO AFP

ALEP. Un im­meuble abri­tant des ci­vils pris pour cible lun­di des bom­bar­de­ments rus­so-sy­riens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.