Touche pas à mes ac­ti­vi­tés so­ciales

Une pé­ti­tion cir­cule sur le site In­ter­net www.ccas.fr

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité -

Alors que les né­go­cia­tions na­tio­nales ont dé­bu­té (*), les élec­tri­ciens et ga­ziers de Haute-vienne, Creuse, Al­lier, Cor­rèze, Can­tal se sont re­trou­vés à la can­tine du siège D’EDF, à Li­moges, pour dé­fendre leurs ac­ti­vi­tés so­ciales.

S’ils ne sont pas contents, c’est que le bud­get consa­cré aux ac­ti­vi­tés so­ciales (san­té, res­tau­ra­tion, cul­ture, loi­sirs, aides so­ciales, sports, co­lo­nies de va­cances…) est en baisse de­puis trois ans. « Une perte an­nuelle de 68 M€ au na­tio­nal de­puis 2013 et moins 33.000 € en 2016 par rap­port à 2015 ici à Li­moges. C’est donc très com­pli­qué pour fonc­tion­ner », as­sure Laurent Mon­teil, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat Ener­gie 87. « Avant, 1 % des ventes d’élec­tri­ci­té et de gaz fai­saient fonc­tion­ner la Caisse cen­trale d’ac­ti­vi­tés so­ciales de l’éner­gie (CCAS), c’était simple, il y avait qu’une seule en­tre­prise, qu’un seul compte. De­puis 2016, c’est l’opa­ci­té, cer­taines en­tre­prises comme Di­rect éner­gie ne contri­buent pas au 1 %. Nous de­man­dons donc la clar­té sur le mode de cal­cul. Et la CGT de­mande que toutes les per­sonnes qui gra­vitent au­tour de l’éner­gie par­ti­cipent au 1 %. »

« Ce qui gêne dans nos ac­ti­vi­tés so­ciales, au­de­là de la manne fi­nan­cière (500 M d’€), c’est la par­ti­cu­la­ri­té de la ges­tion ou­vrière. Une classe ou­vrière qui fait des choix po­li­tiques comme par exemple pré­fé­rer le tou­risme so­cial plu­tôt que le tou­risme marchand. Des choix qui pèsent éga­le­ment sur les éco­no­mies ré­gio­nales », se dé­fend Laurent Mon­teil.

Hier soir, les syn­di­ca­listes étaient plu­tôt sa­tis­faits de cette mo­bi­li­sa­tion. Ils se fé­ li­citent de « l’écoute at­ten­tive » de la pré­fec­ture. Ils ont ob­te­nu de la di­rec­tion la ré­gu­la­ri­sa­tion des si­tua­tions concer­nant les pro­blèmes de dé­ta­che­ments lo­caux. La mise à dis­po­si­tion des per­son­nels se fe­ra bien sur leur temps de tra­vail et non sur les va­cances. ■

(*) De­puis le 21 sep­tembre.

PHO­TO : PAS­CAL LACHENAUD

DIS­CUS­SIONS. Des re­pré­sen­tants des em­ployeurs sont ve­nus dis­cu­ter avec les syn­di­ca­listes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.