Une mi­no­ri­té de « sau­va­geons »

Ils sé­vissent dans – mais aus­si hors – des éta­blis­se­ments sur­tout en Ile­de­france

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Des cock­tails Mo­lo­tov lan­cés sur un ly­cée, des pro­vi­seurs et des en­sei­gnants vio­lem­ment agres­sés pour avoir ser­mon­né un élève ou ten­té de ra­me­ner le calme : la ban­lieue pa­ri­sienne connaît un épi­sode de vio­lences in­édit.

«Seine­saint­de­nis et Val­d’oise : l’état pour­sui­vra sans re­lâche ceux qui s’en prennent à nos pro­fes­seurs, nos écoles, nos forces de l’ordre », a twee­té, hier, Ma­nuel Valls, après la sé­rie d’in­ci­dents sur­ve­nus dans ces dé­par­te­ments.

La mi­nistre de l’édu­ca­tion na­tio­nale, Na­jat Val­laud­bel­ka­cem, a condamné une « mon­tée des vio­lences à l’égard des fonc­tion­naires » dans ces dé­par­te­ments, vi­sant « aus­si bien les po­li­ciers que les en­sei­gnants et les pro­vi­seurs ».

Émeu­tiers

Les vio­lences ne se li­mitent pas à la ré­gion pa­ri­sienne : un élève de ter­mi­nale d’un ly­cée pro­fes­sion­nel de Ca­lais (Pas­de­ca­lais) a cas­sé la mâ­choire et plu­sieurs dents de son pro­fes­seur ven­dre­di en plein cours d’élec­tri­ci­té lors d’une al­ter­ca­tion.

Mais la sé­rie ré­cente d’agres­sions en ban­lieue pa­ri­sienne a frap­pé les es­

prits, no­tam­ment la scène de vio­lences, im­pli­quant quatre­vingts jeunes, qui s’est dé­rou­lée lun­di de­vant le ly­cée de Trem­blay­enF­rance (Seine­saint­de­nis). La pro­vi­seur du ly­cée a été frap­pée à la grille de l’éta­blis­se­ment, sur le­quel plu­sieurs cock­tails Mo­lo­tov ont été lan­cés.

Des té­moins ont dé­crit des scènes d’émeutes ur­baines, avec des jeunes ca­gou­lés har­ce­lant les forces de l’ordre, qui ont éga­le­ment es­suyé des tirs de mor­tier d’ar­ti­fice.

La pro­vi­seur a été mo­les­tée pour avoir ten­té de rai­son­ner les émeu­tiers. Elle a été trans­por­tée à l’hô­pi­tal.

Par ailleurs, dans le même dé­par­te­ment, le pro­vi­seur d’un ly­cée pro­fes­sion­nel de Saint­de­nis s’est fait cas­ser le bras jeu­di der­nier par un élève qui n’avait pas sup­por­té une re­mon­trance sur son re­tard. Son ad­jointe a été bles­sée au vi­sage.

Et le Val­d’oise est aus­si concer­né. Lun­di, un en­sei­gnant a été pas­sé à ta­bac en pleine rue alors qu’il ra­me­nait sa classe d’un cours de sport à Ar­gen­teuil. Il était en train de ser­mon­ner une élève in­dis­ci­pli­née quand une voi­ture s’est ar­rê­tée à la hau­teur du groupe. Ses deux oc­cu­pants s’en sont pris à lui. Il au­rait ré­pon­du : « Je suis en train de la gron­der, je suis son maître ».

Pour le Syn­di­cat na­tio­nal des per­son­nels de di­rec­tion de l’édu­ca­tion na­tio­nale (SNPDEN), « la ques­ tion des per­son­nels de sé­cu­ri­té doit en­fin être po­sée ». À Trem­blay­en­france, il s’agis­sait du troi­sième épi­sode de vio­lences.

« Les éta­blis­se­ments les plus ex­po­sés dans les zones les plus sen­sibles ne dis­posent d’au­cun per­son­nel de sé­cu­ri­té », a poin­té Phi­lippe Tour­nier, son se­cré­taire gé­né­ral.

Sé­cu­ri­sa­tion

La mi­nistre de l’édu­ca­tion a re­con­nu que se pose « une ques­tion de sé­cu­ri­sa­tion des abords des éta­blis­se­ments ». « C’est la rai­son pour la­quelle, dans les tout pro­chains jours, j’ai vou­lu que se tienne une réunion entre les au­to­ri­tés aca­dé­miques de la Seine­saint­de­nis et la pré­fec­ture pour que nous dis­cu­tions des su­jets d’ordre pu­blic ».

Le syn­di­cat Sud Édu­ca­tion 93 a ré­cla­mé « un plan d’ur­gence pour l’édu­ca­tion dans le 93 », af­fir­mant que ces der­nières se­maines des « in­ci­dents graves » ont aus­si eu lieu à Noi­sy­le­sec ou en­core à Pa­villons­sous­bois. ■

Por­ter plainte. La mi­nistre de l’édu­ca­tion na­tio­nale a en­cou­ra­gé hier les per­son­nels à por­ter plainte sys­té­ma­ti­que­ment. « 11 mil­lions d’éco­no­mies »

L’état a réa­li­sé « plus de 11 mil­lions d’eu­ros » d’éco­no­mies sur le dos des élèves de Seine-saint-de­nis en ne rem­pla­çant pas sys­té­ma­ti­que­ment les en­sei­gnants ab­sents, ac­cuse la FCPE 93, qui ap­pelle les pa­rents à ré­cla­mer la « com­mu­ni­ca­tion sys­té­ma­tique » de ces ab­sences. Elle a re­cen­sé le nombre de jour­nées ou d’heures d’absence, qu’elle a mul­ti­plié par le taux ho­raire moyen. Dans le dé­tail, elle re­cense 20.000 jour­nées d’absence en ma­ter­nelle et élé­men­taire en 2015-2016, soit une « éco­no­mie » de 2,8 mil­lions d’eu­ros. Pour les 125 col­lèges du 93, ce sont 1.800 heures de cours qui n’ont pas été as­su­rées (8,3 mil­lions d’eu­ros). Or, les ha­bi­tants de Seine-saintde­nis versent 1,4 mil­liard au titre de l’im­pôt sur le re­ve­nu », note-t-elle.

AFP

VALLS. « L’état pour­sui­vra sans re­lâche ceux qui s’en prennent à nos pro­fes­seurs, nos écoles, nos forces de l’ordre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.