« On perd entre 50 et 100 clients par jour »

La Montagne (Brive) - - Brive -

Chan­tal Loche et Pas­cal Raf­fy Buge ont pu ou­vrir un lieu éphé­mère le temps des tra­vaux. Mais tous les com­mer­çants n’ont pas la chance de pou­voir le faire.

Car dans ce pro­jet, au­de­là de l’in­ves­tis­se­ment, les com­mer­çants de­vront s’ac­quit­ter de deux loyers mais aus­si de deux taxes pro­fes­sion­nelles. Georges Lopes, pro­prié­taire du ta­bac presse La Page, ave­nue Ken­ne­dy, n’a pas cette pos­si­bi­li­té, no­tam­ment à cause des douanes pour l’ac­ti­vi­té ta­bac. Et il res­sent dé­jà l’im­pact du chan­tier sur l’ac­ti­vi­té de son com­merce. « Si on com­pare avec sep­tembre 2015, on perd entre 50 et 100 clients par jour. Les gens du quar­tier, les ha­bi­tués, viennent tou­jours mais c’est le pas­sage qui manque. Pour nous, il faut ab­so­lu­ment que les rues ad­ja­centes res­tent ou­vertes avec les pan­neaux in­di­quant clai­re­ment les com­merces ».

Et le com­mer­çant a une chose en tra­vers de la gorge : l’ab­sence d’in­dem­ni­sa­tion. « Sur ce point, la pi­lule passe très mal. Du coup, on a es­sayé d’an­ti­ci­per, pour­suit­il. Mais, je suis in­ca­pable de vous dire si on va se sau­ver ou pas. Ce com­merce, c’est toute ma vie. Ce n’est pas fa­cile d’être à son compte ». ■

PHO­TO PAS­CAL PERROUIN

CHAN­TIER. La cir­cu­la­tion res­te­ra tou­jours ou­verte dans le sens Ma­le­mort­brive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.