Du rire et du rythme avec le théâtre de l’im­pré­vu

La Montagne (Brive) - - Brive -

« Ne pre­nez pas garde à ça, ce n’est que pour rire ». Ces pa­roles de Lu­cas, un des per­son­nages du Mé­de­cin mal­gré lui, illus­trent à mer­veille les deux re­pré­sen­ta­tions don­nées par la troupe du théâtre de l’im­pré­vu, au Centre cultu­rel.

Pour la pièce de Mo­lière une grande li­ber­té dans la mise en scène avec un uni­vers mu­si­cal et des sketchs dé­so­pi­lants ins­pi­rés des sé­ries té­lés, films cultes, co­mé­dies mu­si­cales et pub.

Un Mo­lière dé­pous­sié­ré, mais que Jean­ Bap­tiste Po­que­lin n’au­rait cer­tai­ne­ment pas re­nié, car lui­ même ne s’ins­pi­rait­il pas de son époque tout en uti­li­sant les farces de la com­me­dia dell’arte ?

Le rire et le rythme, les spec­ta­teurs les ont re­trou­vés aus­si dans La can­ta­trice chauve, une co­mé­die de l’ab­surde où les per­son­nages se parlent sans s’en­tendre (se com­prendre) où tout ra­tion­nel dans les dia­logues est abo­li et où la pièce fi­nit là où elle a com­men­cé.

Et là en­core la mise en scène est d’une grande li­ber­té avec un ac­teur sup­plé­men­taire : la mu­sique et le chant et un dé­but to­ni­truant sous la ban­nière de Yel­low sub­ma­rine. ■

LE MA­LADE IMA­GI­NAIRE. scène dé­jan­tée. Un mé­de­cin lou­foque, une mise en

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.