Cé­cile Du­flot éli­mi­née de la course

Yan­nick Ja­dot et Mi­chèle Ri­va­si se sont qua­li­fiés, hier, pour le se­cond tour de la pri­maire éco­lo

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

Cé­cile Du­flot a su­bi, hier, un cui­sant re­vers. Son ave­nir politique est d’au­tant plus in­cer­tain que son siège de dé­pu­tée de Pa­ris est lui aus­si me­na­cé.

C’est un vé­ri­table ca­mou­flet qu’a su­bi, hier, celle qui avait le CV le plus étof­fé des quatre can­di­dats à la pri­maire d’eu­rope Éco­lo­gieLes Verts. Cé­cile Du­flot a en ef­fet été éli­mi­née dès le pre­mier tour.

Trois fois élue à la tête du par­ti entre 2006 et 2012 – un re­cord chez les Verts –, dé­pu­tée de Pa­ris, an­cienne mi­nistre du Lo­ge­ment dans le gou­ver­ne­ment Ay­rault (2012­2014), Cé­cile Du­flot (41 ans) af­fi­nait de­puis plu­sieurs mois sa sta­ture de can­di­date à la pré­si­den­tielle.

« La Firme »

Cé­cile Du­flot, qui n’a ja­mais ca­ché ses ré­ti­cences face à la pri­maire, au­ra peut­être fi­na­le­ment payé son ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion. Car aux yeux de ses concur­rents, elle in­carne jus­qu’au bout des ongles « la Firme », cette di­rec­tion qui a oeu­vré pour ob­te­nir des postes et deux grou­ pes par­le­men­taires, en ac­cep­tant en 2011 un ac­cord avec ce PS au­jourd’hui fus­ti­gé.

« Quand on est en res­pon­sa­bi­li­té, on est ame­né à faire des er­reurs », ana­ly­sait, mar­di, Da­vid Cor­mand, très proche de Cé­cile Du­flot et ac­tuel se­cré­taire na­tio­nal D’EELV, pres­sen­tant peut­être le séisme à ve­nir.

Af­fai­blie dans sa propre fa­mille politique, Cé­cile Du­flot va main­te­nant es­sayer de sau­ver son siège de dé­pu­tée de la 6e cir­cons­crip­tion de Pa­ris, ob­te­nu après l’ac­cord avec le PS il y a cinq ans et dé­sor­mais convoi­té par les so­cia­listes. Pour l’ins­tant, en l’ab­sence d’en­tente et en at­ten­dant la conven­tion d’in­ves­ti­ture des so­cia­listes le 17 dé­cembre, cette cir­cons­crip­tion est « ge­lée » par le PS et ré­ser­vée à une femme.

Quoi qu’il ar­rive, Cé­cile Du­flot, adepte du franc­par­ler, qui a connu une tra­jec­toire as­cen­dante jus­qu’à sa sor­tie fra­cas­sante du gou­ver­ne­ment au prin­temps 2014 pour si­gni­fier son désac­cord avec l’orien­ta­tion por­tée parValls, de­vra faire preuve de ré­si­lience et, une nou­velle fois, de té­na­ci­té.

Ini­mi­tiés et ran­coeurs

Ar­ti­san avec Da­niel Cohn­ben­dit de la fu­sion des Verts avec Eu­rope­éco­lo­gie, Cé­cile Du­flot avait en­re­gis­tré un beau ré­sul­tat avec les élec­tions eu­ro­péennes de 2009 (16,28 % des voix, 14 sièges). Cette di­plô­mée de l’es­sec, consa­crée « ré­vé­la­tion politique » en 2009, s’était aus­si lan­cée aux ré­gio­nales 2010 en Île­de­france, ob­te­nant 16,6 % des voix.

Mal­gré ses suc­cès, elle n’a pas su en­rayer l’af­fai­blis­se­ment D’EELV de­puis la ren­trée 2015, mar­qué par les dé­parts de nom­breux élus et des que­relles in­tes­tines. Si le par­ti sou­hai­tait sol­der ses ini­mi­tiés et ses ran­coeurs du­rant la pri­maire, il l’au­ra fait aux dé­pens de sa fi­gure de proue… ■

PHO­TO AFP

BAT­TUE. Cé­cile Du­flot a af­fir­mé, hier, qu’elle s’en­ga­ge­rait aux cô­tés du vain­queur de la pri­maire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.