La pro­gram­ma­tion de la Foire du livre mode d’em­ploi

La Montagne (Brive) - - La Une -

1 Qui ?

C’est un ping­pong à trois entre Guillaume Del­pi­roux, le com­mis­saire gé­né­ral de la Foire et di­rec­teur de la culture, My­riam En­traygues, char­gée de mis­sion Foire du livre, ré­si­dences à la di­rec­tion de la Culture, et moi. 2

Quand ? Au printemps, on choi­sit un pré­sident. Là, ce qui compte, c’est que ce soit un tem­pé­ra­ment, un am­bas­sa­deur qui en­traîne les autres ; qu’il puisse faire des choix qui vont ap­por­ter à la Foire cette di­men­sion cultu­relle et lit­té­raire. Cette an­née Pen­nac nous per­met de dé­cou­vrir de jeunes écri­vains, l’ita­lie, Gio­no… Le pré­sident donne sa force cultu­relle à la ma­ni­fes­ta­tion. Il pose aus­si le dé­but d’une pro­gram­ma­tion un peu phare.

Les têtes d’af­fiche et les autres

Puis on ré­flé­chit à un grand au­teur étran­ger ; sou­vent, les contacts se nouent au Sa­lon du livre de Pa­ris. Leur pré­sence est im­por­tante : ils ap­portent d’autres uni­vers, la lit­té­ra­ture noire et po­li­cière. A l’au­tomne, s’af­firme de plus en plus une ren­trée lit­té­raire étran­gère dans la­quelle nous pou­vons nous ins­crire. La dif­fi­cul­té, c’est que la Foire ar­rive sou­vent un peu tard dans l’agen­da pro­mo­tion­nel de ces au­teurs et leur pré­sence dé­pend de l’éco­no­mie gé­né­rale de la Foire. Après, on entre dans l’ac­tua­li­té lit­té­raire. On fait un pre­mier mec­ca­no à par­tir des ins­crip­tions des édi­teurs. On se re­trouve avec près de 700 pos­sibles, dans le­quel on opère un pre­mier tri. Je suis un peu la vi­gie de l’édi­tion, je sens des choses, qui peuvent être des phé­no­mènes com­plè­te­ment pa­ri­siens ou des mou­ve­ments plus de fond. 3 Com­ment ?

A un mo­ment, toutes les ami­tiés tis­sées au­tour de la Foire se mettent en jeu et ça fonc­tionne ! Quand on a les au­teurs, les per­son­na­li­tés, les thé­ma­tiques, les af­fi­ni­tés, les uni­vers… on a la plus belle pro­gram­ma­tion lit­té­raire ! Après, dans un jeu d’al­ler­re­tour avec Brive, on élague, on re­com­pose en fonc­tion des an­nu­la­tions, des dis­po­ni­bli­tés, des im­pé­ra­tifs stric­to bri­vistes, des par­te­na­riats, du Prix de la langue fran­çaise…

Une se­maine après la deuxième sé­lec­tion pour les prix d’au­tomne, c’est la course ! Ven­dre­di, tout a été bou­clé. Il nous reste juste quelques jours de bat­te­ment avant de lan­cer l’im­pres­sion des pro­grammes, du ca­ta­logue, la mise à jour du site In­ter­net… J’aime bien ce la­bo­ra­toire qu’on crée tous les trois. 4

Pour­quoi ? A Brive, on ne peut pas faire de cla­quettes au pu­blic ; les gens viennent avec un vrai es­prit de cu­rio­si­té par rap­port aux livres. Ils viennent vrai­ment cher­cher une pro­gram­ma­tion qui a du fond. La Foire, c’est un peu une Grande li­brai­rie à ciel ou­vert. J’aime bien l’idée qu’on tra­verse le pa­tri­moine lit­té­raire, qu’on le re­vi­site avec des au­teurs qui parlent d’une autre ma­nière de leur livre ou d’autres écri­vains. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.