Ma­lé­dic­tion mar­tienne pour l’eu­rope ?

La Montagne (Brive) - - Jeux - Oli­vier Char­rier

Avec la mis­sion Exomars, l’eu­rope en­ten­dait frap­per un grand coup sur la Pla­nète rouge, dé­jà en par­tie co­lo­ni­sée par les Amé­ri­cains. Mais on reste tou­jours sans nou­velle de l’en­gin qui de­vait s’y po­ser, mer­cre­di…

Qu’est­il ad­ve­nu du mo­dule Schia­pa­rel­li, par­ti à l’as­saut de Mars après un voyage de sept mois et de 496 mil­lions de ki­lo­mètres à tra­vers l’es­pace ?

Bien que ce­la ne soit pas très glo­rieux, l’agence spa­tiale eu­ro­péenne (ESA) a re­con­nu, hier, « igno­rer » s’il a sur­vé­cu, ou pas, à son « amar­sis­sage » sur la Pla­nète rouge.

Si le mo­dule, qui n’a donc don­né « au­cun si­gnal de vie » de­puis près de 48 heures, était ef­fec­ti­ve­ment « per­du », ce se­rait la deuxième fois que l’eu­rope spa­tiale échoue­rait si près du but.

La pre­mière ten­ta­tive, en 2003, s’était dé­jà sol­dée par un échec : à l’époque, la sonde Mars Ex­press y avait certes lar­gué un en­gin, mais il n’avait ja­mais réus­si à émettre…

La seule chose dont on soit sûr, cette fois, c’est que la phase d’en­trée dans l’at­mo­sphère mar­tienne, à 21.000 km/h – ce que les in­gé­nieurs ap­pellent les « six mi­nutes de ter­reur » – s’est « dé­rou­lée par­fai­te­ment » : le bou­clier ther­mique « a bien fonc­tion­né » et le pa­ra­chute « s’est dé­ployé nor­ma­le­ment » De­puis ? Plus rien ! À croire que le mil­liard d’eu­ros consa­cré à la mis­sion Exomars est par­ti en fu­mée…

Jus­qu’à pré­sent, seuls les Amé­ri­cains ont réus­si à po­ser des en­gins sur Mars, qui ont en­suite pu fonc­tion­ner sans sou­cis ma­jeurs : Cu­rio­si­ty, en 2012, et Op­por­tu­ni­ty qui, lui, est ar­ri­vé en 2004 mais qui marche tou­jours. Au­tant dire que nous avons au moins douze ans de re­tard sur la Na­sa !

AU­CUN SI­GNAL. De­puis mer­cre­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.