D’AMÉ­RIQUE Gros­jean : « C’est pas­sé vite »

Le Fran­co­suisse va cou­rir son 100e GP de­main

La Montagne (Brive) - - Sports - L'actu Nationale -

« C’est un sa­cré chiffre », sou­rit le Fran­co-suisse Ro­main Gros­jean, qui va dis­pu­ter de­main (21 heures) à Aus­tin (Texas) son 100e Grand Prix et roule dé­sor­mais pour l’écu­rie amé­ri­caine Haas, après Re­nault (2009) et Lo­tus (2012-2015).

■ Cent GP de F1, ce­la ne fait pas de vous un vé­té­ran mais re­pré­sente quand même une so­lide ex­pé­rience. Vous ima­gi­niez en ar­ri­ver là ? Hon­nê­te­ment, je n’y avais pas pen­sé. Je me dis que c’est pas­sé vite, ces cinq sai­sons, mais 100 GP c’est aus­si un sa­cré chiffre. Je suis plu­tôt fier d’être ar­ri­vé là avec une car­rière qui a connu des hauts et des bas, mais dans l’en­semble je n’ai plu­tôt que des très bons sou­ve­nirs.

■ Vous al­lez dis­pu­ter le GP des USA pour une écu­rie amé­ri­caine, alors que le groupe amé­ri­cain Li­ber­ty Me­dia vient de mettre la main sur la F1. Ce­la fait quel ef­fet d’être le lo­cal de l’étape? On a plein de sou­tien, c’est ex­trê­me­ment agréable, et on es­saie de faire dé­cou­vrir la F1 à l’amé­rique, ce qui n’est pas fa­cile (dans les autres GP) avec le dé­ca­lage ho­raire. Il faut un peu plus de GP aux États­unis mais dé­jà, avec une écu­rie, on sent qu’il y a un en­goue­ment. C’est plu­tôt une ex­tra­fierté de cou­rir de­vant ses fans et puis on sait que c’est aus­si une course comme les autres, il y a 25 points au bout donc à nous de faire de notre mieux. C’est un bon mo­ment pour concré­ti­ser. ■ Quel bi­lan ti­rez-vous de votre pre­mière sai­son chez Haas, après 17 GP ? On a eu un dé­but de sai­son ex­tra­or­di­naire et puis on a connu un pas­sage à vide, ce qui est lo­gique sur une pre­mière an­née, à de­voir prendre toutes les pièces du puzzle et sa­voir quand il faut les mettre en­semble. On a man­qué de réus­site de­puis la pause d’été, on au­rait dû mar­quer des points sur au moins trois GP, on avait ce qu’il fal­lait. Ça n’a pas vou­lu mais oui, main­te­nant, on com­mence à être de plus en plus ré­gu­liers pour mar­quer des points.

■ Ques­tion course au­to, les Etats-unis sont avant tout pas­sion­nés de Nas­car (la dis­ci­pline reine, à la­quelle par­ti­cipe aus­si Haas) et d’in­dycar (des mo­no­places comme en F1), dont le titre a été rem­por­té par un Fran­çais, Si­mon Pa­ge­naud. Vous re­gar­dez un peu ? Le Nas­car j’ai­me­rais bien es­sayer. Après, c’est vrai que l’on est sur des for­mats de course as­sez dif­fé­rents. L’in­dycar, c’est une belle op­por­tu­ni­té quand on n’a pas la chance d’être en F1, c’est un beau cham­pion­nat. Mais j’aime beau­coup la F1 et pour le mo­ment je suis très bien ici. Je n’ai ja­mais es­sayé de Nas­car mais c’est quelque chose que j’ai­me­rais faire. On a les voi­tures mais les tests sont ré­gle­men­tés, c’est com­pli­qué dans ce sens­là, mais on va voir ce qu’on peut faire. C’est quelque chose qui me ten­te­rait. ■

PAR­COURS. « Dans l’en­semble je n’ai plu­tôt que des très bons sou­ve­nirs », confie Gros­jean, à la veille de son 100e GP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.