« Il n’y a pas eu de dé­bat de fonds »

La Montagne (Brive) - - Corrèze - Émi­lie Auf­fret

Lau­rence Tein­tu­rier vit de­puis 30 ans aux Etats-unis. Elle a sui­vi de nom­breuses élec­tions pré­si­den­tielles. Et pour­tant, elle n’a ja­mais vu ça…

« C’est la pre­mière fois qu’on voit ce ni­veau­là, constate cette ex­pa­triée d’ori­gine bri­viste. C’est af­fli­geant ! Quelle mau­vaise image pour le pays ! ». En re­vanche, elle met en garde face au prisme mé­dia­tique. « J’ai la chance de lire les in­fos fran­çaises. Et c’est biai­sé. Je re­garde beau­coup CNN et dans les mé­dias amé­ri­cains en gé­né­ral, c’est beau­coup plus équi­li­bré. Il faut être conscient qu’une par­tie de l’amé­rique vo­te­ra pour Trump », ex­plique­t­elle. Et d’ajou­ter avec hu­mour : « Si, bien sûr, on en­lève les femmes ».

« La moins pire »

Lau­rence Tein­tu­rier dé­crit le Ré­pu­bli­cain comme « un can­di­dat qui s’est fi­nan­cé lui­même et qui a beau­coup de cas­se­roles et no­tam­ment au­près des femmes, ce qui est im­par­don­nable aux États­unis, un pays si prude mais tout en pa­ra­doxes ».

Pour­tant, elle est loin de dres­ser un por­trait idyl­lique d’hilla­ry Clin­ton. « Elle est vue comme “la moins pire”. Les “mil­len­nials” (N.D.LR : l’équi­va­lant de la gé­né­ra­tion Y) ont beau­coup sou­te­nu Ber­nie San­ders qui est un “vrai” dé­mo­crate. Hilla­ry Clin­ton a une ré­pu­ta­tion de guer­rière, elle n’a pas le cha­risme que pou­vait dé­ga­ger Oba­ma. Elle est fa­bri­quée en quelque sorte ».

Mais pour elle, le plus grave, c’est que ce piètre dé­bat a ca­ché « les vrais pro­blèmes ». Elle évoque la pau­pé­ri­sa­tion de la classe moyenne de­puis les an­nées 1980, le sys­tème de san­té et l’échec de l’« Oba­ma care » puisque « seuls les Amé­ri­cains très mo­destes peuvent en pro­fi­ter. Si vous ga­gnez le Smic vous ne pou­vez pas y avoir droit. On a aus­si ou­blié les prin­ci­pales ques­tions no­tam­ment à l’in­ter­na­tio­nal : la Sy­rie, la Ly­bie, le Yémen, la Chine, la nou­velle Guerre froide… On peut aus­si évo­quer les prêts étu­diants, une bulle qui ne va sans doute pas tar­der à ex­plo­ser. Il n’y a pas eu de dé­bat de fonds ».

Dans sa ré­si­dence à Green­wich, à 40 ki­lo­mètres de New York, cer­tains jar­dins sont re­cou­verts de pan­neaux de cam­pagne. « Chez les pro­trump, on peut même lire “Clin­ton for pri­son 2016”. C’est le fa­meux “free­dom of speech” amé­ri­cain. On n’ima­gine pas ce­la une se­conde en France ». Et cette Cor­ré­zienne d’ori­gine de rap­pe­ler : « Sa­chez que les Amé­ri­cains sont plus in­té­res­sés par comment se porte la bourse que par la po­li­tique ». ■

EX­PA­TRIÉE. Lau­rence Tein­tu­rier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.