S. ROYAL : « PAS JU­DI­CIEUX » DE MO­BI­LI­SER LA PO­LICE POUR UN PRO­JET « PAS DÉ­FEN­DABLE »

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

NOTRE-DAME-DES-LANDES. « D’autres so­lu­tions ». La mi­nistre de l’en­vi­ron­ne­ment Sé­go­lène Royal (pho­to AFP), op­po­sée au Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls sur No­treDame­des­landes, a ju­gé « pas ju­di­cieux », hier, de mo­bi­li­ser la po­lice pour éva­cuer les op­po­sants à ce pro­jet « qui n’est pas dé­fen­dable, et pour le­quel il y a d’autres so­lu­tions, plus in­tel­li­gentes et plus prag­ma­tiques ». Elle a es­ti­mé que le ré­fé­ren­dum lo­cal qui s’est sol­dé par une vic­toire du « oui » au pro­jet contro­ver­sé « n’était pas la bonne ques­tion ». À la ques­tion de sa­voir s’il fal­lait un autre ré­fé­ren­dum, elle a ré­pon­du : « Si le sys­tème est blo­qué, pour­quoi pas ». « On est blo­qué, je ne vous le fais pas dire. Il faut dé­blo­quer », a dé­cla­ré la mi­nistre, qui avait ap­pe­lé le 16 oc­tobre à « ar­rê­ter les frais » en aban­don­nant le pro­jet ac­tuel d’aé­ro­port, Ma­nuel Valls ap­pe­lant en réponse deux jours plus tard à « ne pas ap­por­ter de pa­roles qui per­turbent l’ac­tion de l’état ». In­ter­ro­gée sur les dé­cla­ra­tions du Pre­mier mi­nistre qui a as­su­ré que « cet aé­ ro­port se fe­ra », elle a ré­pon­du : « Nous ver­rons. Ma concep­tion de la po­li­tique, ce n’est pas de prendre des pos­tures, c’est de trou­ver des so­lu­tions ». Par ailleurs, Sé­go­lène Royal a dit « s’amu­ser » des ru­meurs sur son éven­tuelle can­di­da­ture à la présidentielle et « re­mer­cie » ceux qui l’y en­cou­ragent, même si « pour l’ins­tant, c’est Fran­çois Hol­lande qui est can­di­dat », avant de conclure : « On cherche quel­qu’un pour se sa­cri­fier, il faut que la si­tua­tion soit vrai­ment déses­pé­rée pour que ceux qui m’ont com­bat­tue me re­dé­couvrent ! » ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.