L’émis­sion de Mo­ran­di­ni sus­pen­due, mais...

ITÉ­LÉ. ... juste le temps de la grève. Le bras de fer conti­nue.

La Montagne (Brive) - - La Une -

L’ar­ri­vée à l’an­tenne de Jeanmarc Mo­ran­di­ni n’est pas le seul mo­tif des gré­vistes qui ont en­ta­mé, hier, leur hui­tième jour de grève.

La di­rec­tion D’ITELE a sus­pen­du, hier, l’émis­sion de Jean­marc Mo­ran­di­ni, uni­que­ment pour le temps de la grève, mais a re­fu­sé son ar­rêt dé­fi­ni­tif ré­cla­mé par les gré­vistes, plus dé­ter­mi­nés que ja­mais à pour­suivre leur mou­ve­ment.

Dans un bref com­mu­ni­qué, la di­rec­tion a an­non­cé « la sus­pen­sion », « pour des rai­sons opé­ra­tion­nelles », de l’émis­sion de l’ani­ma­teur contro­ver­sé, mais as­su­ré qu’elle « re­pren­dra dès l’ar­rêt de cette grève », en­ta­mée il y a une se­maine.

« C’est une sus­pen­sion, pas un re­trait, et plu­tôt par manque de moyens tech­niques. Rien n’a bou­gé, la di­rec­tion reste sourde à nos re­ven­di­ca­tions », a­t­on com­men­té de source syn­di­cale. « Si on ar­rê­tait la grève, Mo­ran­di­ni se­rait sur l’an­tenne dès ce soir, alors que jus­te­ment on fait la grève pour de­man­der son re­trait ! », s’est ex­cla­mé ce res­pon­sable, en sou­li­gnant le ca­rac­tère pa­ra­doxal de la dé­ci­sion.

« Si­tua­tion hal­lu­ci­nante »

« Cette an­nonce ne change rien, c’est même un cock­tail Mo­lo­tov », s’est in­di­gné un jour­na­liste, peu avant le dé­but d’une nou­velle AG des sa­la­riés, tan­dis que d’autres par­laient de « si­tua­tion hal­lu­ci­nante » voire de « coup tor­du ».

« La grève conti­nue. Nos re­ven­di­ca­tions res­tent les mêmes », ont twee­té des gré­vistes, cer­tains ap­pe­lant à un nou­veau ras­sem­ble­ment au­jourd’hui de­vant le siège de la chaîne.

Im­po­sée par le pa­tron du groupe, Vincent Bol­lo­ré, « Mo­ran­di­ni Live », l’émis­sion de l’ani­ma­teur mis en exa­men pour « cor­rup­tion de mi­neur ag­gra­vée », était la seule dif­fu­sée en di­rect de­puis le 17 oc­tobre, pre­mier jour de la grève. De­puis une se­maine, les gré­vistes de­mandent son ar­rêt, égale­ ment ré­cla­mé à de­mi­mot par le CSA jeu­di.

L’éthique en ques­tion

Faute d’avan­cée, les sa­la­riés D’ITELE avaient dé­ci­dé hier ma­tin de re­con­duire leur grève jus­qu’à 11h30 au­jourd’hui, à 85 % des vo­tants, pour un 8e jour consé­cu­tif, le plus long conflit de l’his­toire de la chaîne.

La ten­sion est en­core mon­tée d’un cran ce week­end par­mi les sa­la­riés, en rai­son d’un dé­ mé­na­ge­ment ju­gé bru­tal des bu­reaux D’ITELE pour faire place à la ré­dac­tion de Di­rect Ma­tin (pro­prié­té de Vincent Bol­lo­ré). Des af­faires per­son­nelles de jour­na­listes ont été mises dans une benne à or­dure, à la grande co­lère des sa­la­riés.

Outre le dé­part de l’ani­ma­teur, les jour­na­listes de­mandent une charte éthique pour ga­ran­tir leur in­dé­pen­dance vis­à­vis de leur prin­ci­pal ac­tion­naire, Vin­ cent Bol­lo­ré, et da­van­tage de moyens pour re­lan­cer la chaîne, lour­de­ment dé­fi­ci­taire.

Sou­mise à un plan d’éco­no­mies dras­tique de­puis cet été, qui l’a pri­vée des pi­gistes qui as­su­raient une bonne par­tie des re­por­tages, ITELE doit faire face à la concur­rence du lea­der BFMTV mais aus­si de LCI (groupe TF1) et de la chaîne pu­blique fran­cein­fo, nou­velles ve­nues sur la TNT gra­tuite.

Le sou­tien de Fer­ra­ri

Di­manche, Lau­rence Fer­ra­ri, qui pré­sente la tranche d’in­fo de 19 heures sur ITELE, a dé­cla­ré sur Fa­ce­book qu’elle sou­te­nait les gré­vistes et qu’elle avait des « in­ter­ro­ga­tions » sur la place de Mo­ran­di­ni à l’an­tenne. « Le déses­poir de la ré­dac­tion est to­tal », a­t­elle dit.

Les ré­dac­tions de très nom­breux mé­dias ont af­fi­ché ces der­niers jours leur sou­tien à ITELE, ain­si que quelques hommes po­li­tiques de gauche, dont Be­noît Ha­mon.

« Trois syl­labes : Bo­llo­ré », a lan­cé le can­di­dat à la pri­maire or­ga­ni­sée par le PS, in­ter­ro­gé sur les rai­sons du peu de sou­tien po­li­tique re­çu par les sa­la­riés D’ITELE. Un « cer­tain nombre de res­pon­sables po­li­tiques » es­timent peut­être qu’il est « plus coû­teux pour eux de se fâ­cher avec Vincent Bol­lo­ré » que de sou­te­nir les gré­vistes, at­il es­ti­mé sur France Culture.

Ap­pe­lé à la res­cousse par les jour­na­listes, qui ré­clament la no­mi­na­tion d’un mé­dia­teur, le mi­nis­tère de la Culture ne s’était tou­jours pas pro­non­cé sur cette de­mande hier. ■

PHO­TO AFP

JEAN-MARC MO­RAN­DI­NI. Il a cris­tal­li­sé la co­lère des per­son­nels de la chaîne, mais le ma­laise de ceux-ci est beau­coup plus pro­fond : il touche à l’in­dé­pen­dance de l’ou­til de tra­vail vis-à-vis de Vincent Bol­lo­ré.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.