« Chan­tiers in­utiles et coû­teux »

Les élus éco­lo­gistes s’op­posent au pro­jet GPSO

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité - Mar­cel Ou­dot mar­cel.ou­dot@cen­tre­france.com

Les élus éco­lo­gistes plas­tron­naient, à la sor­tie de la séance plé­nière, après le re­trait d’une dé­li­bé­ra­tion pré­voyant 5,6M€ de cré­dits pour la grande vi­tesse.

Afin d’évi­ter une fracture dans sa ma­jo­ri­té et un coup de ca­nif dans le contrat pas­sé avec les éco­lo­gistes en dé­cembre, Alain Rous­set a sup­pri­mé de l’ordre du jour, au der­nier mo­ment, l’ins­crip­tion au bud­get sup­plé­men­taire de la col­lec­ti­vi­té de 5,6M€ de cré­dits d’études et d’ac­qui­si­tions fon­cières pour le Grand pro­jet fer­ro­viaire du Su­douest (GPSO). « Nous conti­nue­rons à nous op­po­ser au gas­pillage et à l’in­uti­li­té de ce type de chan­tiers, pro­jets très coû­teux en plus de pro­vo­quer des des­truc­tions en­vi­ron­ne­men­tales ir­ré­ver­sibles » af­fir­maient les élus Eu­rope éco­lo­gie­les Verts (EELV), par­ti­sans de « sou­te­nir les in­ves­tis­se­ments de la Ré­gion vers les trans­ports du quo­ti­dien, no­tam­ment vers le TER ». Pour­tant, après la dé­cla­ra­tion d’uti­li­té pu­blique si­gnée en juillet par le mi­nistre des Trans­ports, Alain Vi­da­lies, ce pro­jet avance. La ligne Bor­deaux­tou­louse, d’un coût es­ti­mé à 9,5 mil­liards d’eu­ros, est dé­sor­mais at­ten­due à Tou­louse comme les Bor­de­lais at­tendent l’ar­ri­vée de la LGV en pro­ve­nance de Pa­ris via Tours, en juillet. Les éco­lo­gistes au­ront­ils du­ra­ble­ment les moyens de s’y op­po­ser ?

Fi­nances : le Li­mou­sin ci­té en exemple

Dans l’op­tique de la pré­pa­ra­tion du bud­get 2017, de nom­breuses voix à droite, à com­men­cer par celle d’yves d’ame­court, vice­pré­sident Les Ré­pu­bli­cains du groupe LRC­hasse pêche na­ture et tra­di­tions, pour s’in­quié­ter du manque de vi­si­bi­li­té im­po­sé par la si­tua­tion de l’ex­poi­tou­cha­rentes : « Avec 1,3 mil­liard d’eu­ros d’an­nu­la­tions d’au­to­ri­sa­tions d’en­ga­ge­ments (AE) et d’au­to­ri­sa­tions de pro­grammes (AP) des col­lec­ti­vi­tés pré­exis­tantes, la si­tua­tion est ori­gi­nale, même si les pro­jets aux­quels cor­res­pon­dait cette somme ne sont pas dés­ins­crits. Pour­tant, on doit en­core at­tendre pour en sa­voir da­van­tage sur les em­prunts struc­tu­rés de l’ex­poi­tou­cha­rentes, que le con­seil ré­gio­nal n’avait pas dé­cla­rés, se pri­vant ain­si du fonds de sou­tien créé par l’etat. Le Li­mou­sin, pour­sui­vait Yves d’ame­court, avait pour sa part contrac­té un em­prunt toxique d’un mon­tant de 10M€ qu’il a rem­bour­sé l’an pas­sé, en grande par­tie (64 %) grâce à ce fonds. » Le pré­sident de l’as­sem­blée ré­gio­nale, Alain Rous­set, a ré­pé­té avoir sol­li­ci­té une aide pour les em­prunts pos­si­ble­ment toxiques de l’exPoi­tou­cha­rentes.

Taxe sur le car­bu­rant : 2,5 cen­times par litre

Les élus ré­gio­naux ont en­fin vo­té lors de cette séance les ta­rifs de la TICPE (taxe in­té­rieure de consom­ma­tion sur les pro­duits éner­gé­tiques). Cel­le­ci, in­chan­gée, s’élè­ve­ra pour la part ré­gio­nale à 2,5 cen­times d’eu­ro par litre (ta­rif pla­fond), quel que soit le car­bu­rant. La TICPE re­pré­sen­te­ra en 2017 une re­cette ré­gio­nale de l’ordre de 444M€. Sur ce mon­tant glo­bal, la part qui ré­sulte de l’ap­pli­ca­tion des ta­rifs ré­gio­naux re­pré­sente 133M€. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES : STÉ­PHANE LE­FÈVRE

LGV. Jean-louis Pa­gès, pré­sident du groupe éco­lo­giste à la Ré­gion, a ré­af­fir­mé la « prio­ri­té aux trains du quo­ti­dien ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.