La Fille du train : un best-sel­ler en tête du box-of­fice

La Montagne (Brive) - - Cinéma -

Une femme dis­pa­raît dans un uni­vers où les faux-sem­blants règnent en maître… Après avoir été un best-sel­ler mon­dial, « La Fille du train » ar­rive sur les écrans fran­çais dans une adap­ta­tion hol­ly­woo­dienne avec Emi­ly Blunt dans le rôle-titre.

Réa­li­sé par Tate Tay­lor (La Cou­leur des sen­ti­ments), le film est sor­ti aux États­unis le 7 oc­tobre, où il a pris la tête du boxof­fice lors de son pre­mier wee­kend d’ex­ploi­ta­tion.

Tous les ma­tins, Ra­chel (Emi­ly Blunt) prend le train pour se rendre à New York et fan­tasme sur un couple de rêve qu’elle aper­çoit de la fe­nêtre. Beaux, jeunes et amou­reux, Me­gan et Scott re­pré­sentent tout ce qu’elle a per­du de­puis son di­vorce, qui l’a fait som­brer dans l’al­coo­lisme et la dé­pres­sion. Un jour, Me­gan dis­pa­raît. Ra­chel se sou­vient l’avoir vue avec un autre homme et dé­cide de me­ner l’en­quête.

« Nous sommes tous un peu voyeurs. L’idée de prendre un train tous les jours et de se fondre dans la foule pour ob­ser­ver un couple – dont la vie prend sou­dain un tour­nant tra­gique – est très hit­ch­co­ckienne », sou­ligne le pro­duc­teur Marc Platt. Comme dans le chef d’oeuvre d’hit­ch­cock Fe­nêtre sur cour ,le voyeur se trans­forme en en­quê­ teur, mal­gré des han­di­caps de taille : une jambe dans le plâtre chez Hit­ch­cock, un pro­blème de bois­son et des pertes de mé­moire pour La Fille du train.

Mé­ta­mor­phose

Al­coo­lique, men­teuse et mal dans son peau, Ra­chel est une piètre en­quê­trice. Faut­il la croire ? A­t­elle des hal­lu­ci­na­tions ?

Pour jouer Ra­chel, la Bri­tan­nique Emi­ly Blunt n’a pas hé­si­té a écor­ner son image de beau­té an­glaise au teint pâle. Elle ap­pa­raît le vi­sage bouf­fi et rou­gi, constam­ment au bord des larmes, avec une voix pâ­teuse.

Une per­for­mance qui pour­rait sé­duire l’aca­dé­mie des os­cars, qui aime ré­com­pen­ser la mé­ta­mor­phose des ac­teurs. ■

La Fille du train. (États-unis, 1 h 53).

Th­riller de Tate Tay­lor

DR

EMI­LY BLUNT. Une per­for­mance qui pour­rait la me­ner aux Os­cars.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.