Un jar­din pour ap­pro­vi­sion­ner les Res­tos

La Montagne (Brive) - - Chez Nos Voisins Dordogne Et Lot -

À quelques se­maines du lan­ce­ment na­tio­nal de la cam­pagne d’hi­ver, les Res­tos du coeur de Ter­ras­son viennent en aide, été comme hi­ver, à 105 fa­milles.

Ou­verts de­puis 1986, un an après leur lan­ce­ment par Co­luche, ils sont hé­ber­gés par la Ville de Ter­ras­son, à la Mai­son des as­so­cia­tions, sur 220 m².

Chaque se­maine, les bé­né­voles de l’an­tenne lo­cale vont ré­cu­pé­rer sur Pé­ri­gueux, 3 tonnes de den­rées ali­men­taires, des conserves, des pro­duits sur­ge­lés, des pâtes, du riz… mais aus­si de quoi ali­men­ter le coin bé­bé en pe­tits pots, couches et vê­te­ments.

800 kg de lé­gumes frais ré­col­tés

Une salle de rencontre per­met d’échan­ger avec les bé­né­fi­ciaires au­tour d’un ca­fé. Ce sont une ving­taine de bé­né­voles qui se re­laient aux cô­tés de Jean­claude Dous­seau, ani­ma­teur lo­cal, et Li­ber­to Igua­cel, an­cien pré­sident dé­par­te­men­tal, tou­jours très ac­tif.

À l’oc­ca­sion d’une vi­site du maire dans leurs lo­caux, a ger­mé l’idée de créer un jar­din du coeur, per­met­tant d’ap­pro­vi­sion­ner en lé­gumes frais les bé­né­fi­ciaires qui peuvent aus­si ve­nir en­tre­te­nir les ran­gées de sa­lades, désher­ber, se­mer, ar­ro­ser… La ville leur a mis à dis­po­si­tion une par­celle de 2.200 m² aux Gués, au bord de la Vé­zère avec un lo­cal per­met­tant de ran­ger tous les ou­tils des jar­di­niers.

Le ter­rain fer­tile, clô­tu­ré et net­toyé, est de­ve­nu en l’es­pace de six mois, un po­ta­ger nour­ri­cier, où poussent, sans mau­vaise herbe, sa­lades, poi­reaux, oi­gnons, pommes de terre, bet­te­raves rouges, ca­rottes… sans pes­ti­cide, sans en­grais, et avec du com­post na­tu­rel.

« Au prin­temps nous avons pré­pa­ré la terre et se­mé, tout l’été nous avons ra­mas­sé cour­gettes, to­mates, au­ber­gines, 800 kg de lé­gumes frais ont ain­si été dis­tri­bués. Nous es­pé­rons l’an pro­chain ré­col­ter quelques fruits comme des fram­boises, des mûres… nous pour­rons aus­si faire visiter aux en­fants des écoles, notre jar­din de proxi­mi­té… qui est plus qu’un jar­din car il a aus­si une di­men­sion hu­maine, il per­met de se ré­in­sé­rer, de se rendre utile, de sor­tir de ses dif­fi­cul­tés en tra­vaillant la terre, de re­trou­ver confiance en soi », sou­ligne Li­ber­to Igua­cel.

Le jar­din est res­té fi­dèle à l’es­prit de Co­luche. À l’entrée, à cô­té des herbes aro­ma­tiques, poussent des ar­ti­chauts, lé­gumes fé­tiches de l’ar­tiste qui avait cou­tume de dire : « Les ar­ti­chauts, c’est un vrai plat de pauvre. C’est le seul plat que quand t’as fi­ni de man­ger, t’en as plus dans ton as­siette que quand t’as com­men­cé ! ». Mais ce jar­din­là est, à plus d’un titre, un jar­din ex­tra­or­di­naire. ■

AUX GUÉS. Li­ber­to, Jacques et Jean-claude dans le po­ta­ger des Res­tos du coeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.