La for­ma­tion comme ob­jec­tif prio­ri­taire

Jean­luc Sau­ret à la tête du club cor­ré­zien

La Montagne (Brive) - - Sports Limousin - Cé­dric Na­do

Jean-luc Sau­ret, 45 ans, chef d’en­tre­prise bri­viste, a re­pris les rênes du CABCL Vol­ley de­puis un mois et de­mi.

■ Com­ment s’est dé­rou­lée ta prise de fonc­tion de pré­sident du CABCL ? J’ai pas­sé beau­coup de temps à gé­rer les urgences et en par­ti­cu­lier la ges­tion de l’ar­ri­vée des nou­veaux joueurs. Nous avons su­bi le dé­part de Thibault Carn qui nous est très dom­ma­geable. Concer­nant les fi­nances, on a dé­cou­vert of­fi­ciel­le­ment à L’AG un trou de plus de 10.000 € réa­li­sé du­rant la sai­son pré­cé­dente. Main­te­nant qu’on a fi­ni d’ou­vrir les pla­cards, on peut se pen­cher sur l’ave­nir du club.

■ Quelles sont les bases de votre pro­jet pour le club ? L’ob­jec­tif numéro 1 du club c’est la for­ma­tion ! Nous avons re­cru­té plu­ sieurs en­traî­neurs et nous pour­sui­vrons en re­cru­tant des joueurs qui s’im­pli­que­ront au­près des plus jeunes. Le re­tour au club de Vla­di­slav Man­dic va dans ce sens. Notre vo­lon­té est de faire ve­nir au club de jeunes vol­leyeurs pour les for­mer. Nous al­lons tra­vailler avec la Mis­sion Lo­cale, les dif­fé­rentes écoles du sec­teur et les em­ployeurs pour ac­cueillir, for­mer et in­té­grer des jeunes par le vol­ley. Par ce biais, nous al­lons mettre en va­leur les for­ma­tions lo­cales dans l’offre d’at­trac­ti­vi­té du club. Lier un sport à un pro­jet de vie avec des dé­bou­chés en ma­tière de re­con­ver­sion sur un ter­ri­toire don­né est un pro­jet qui prend tout son sens.

Il n’est plus pos­sible voire dan­ge­reux de faire ve­nir des joueurs au club et les voir re­par­tir faute de pro­jets per­son­nels et de les avoir in­suf­fi­sam­ment an­crés dans le tis­su lo­cal. C’est pour­quoi nous vou­lons être un trem­plin pour des jeunes en de­ve­nir et une op­por­tu­ni­té de re­con­ver­sion. Nous sommes au car­re­four de plu­sieurs ré­gions et nous n’avons pas de concur­rence à ce ni­veau Élite sur ces ter­ri­toires. On sou­haite de­ve­nir une op­por­tu­ni­té pour de nom­breux jeunes joueurs et d’autres plus an­ciens, plu­tôt qu’une concur­rence pour d’autres clubs.

■ Com­ment res­sen­tez-vous le mau­vais dé­part de votre équipe Élite ? Il n’est pas pos­sible d’avoir une équipe com­pé­ti­tive si le re­cru­te­ment n’est pas fait par des per­sonnes com­pé­tentes. On a eu la perte de bons élé­ments et l’ar­ri­vée de moins bons.

Je suis de tout coeur avec l’en­traî­neur à qui on demande de faire des mi­racles dans ces condi­tions pas évi­dentes. Nous tra­vaillons sur des so­lu­tions afin d’ap­por­ter du sou­tien à cette équipe et ga­gner en co­hé­sion au sein du club. Je sou­haite sur­tout que l’on dé­passe les cli­vages his­to­riques qui d’une ma­nière gé­né­rale nuisent à l’image du club et en af­fectent les ré­sul­tats. ■

CABCL. Jean-luc Sau­ret veut conso­li­der la for­ma­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.