Clément Ric : « Moi ? Je suis très bien à Cler­mont »

Le pi­lier droit de L’ASM est se­rein mal­gré l’ar­ri­vée de Sli­ma­ni et la pro­lon­ga­tion de Zi­ra­ka­sh­vi­li

La Montagne (Brive) - - Sports Rugby - Pro­pros recueillis par Va­lé­ry Le­fort

Clément Ric dé­bu­te­ra le der­by de­main à Brive. Une sa­tis­fac­tion pour ce pi­lier droit dis­cret qui ne voit pas vrai­ment l’in­té­rêt d’al­ler voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Clément Ric fait par­tie d’une confré­rie rare et émi­nem­ment re­cher­chée. Celle des pi­liers droits is­sus de la for­ma­tion fran­çaise. Aus­si, quand L’ASM a an­non­cé la si­gna­ture de l’in­ter­na­tio­nal fran­çais Ra­bah Sli­ma­ni, ti­tu­laire du XV de France, puis la pro­lon­ga­tion cette semaine pour trois ans de l’in­usable Da­to Zi­ra­ka­sh­vi­li, la ques­tion de son dé­part s’est for­cé­ment po­sée.

D’au­tant plus que les clubs du Top 14 vont de­voir re­haus­ser leur quo­ta de joueurs JIFF pour ne pas être sou­mis à des sanc­tions spor­tives. « Le mi­lieu » bruisse ain­si de ru­meurs, cer­taines fai­sant état de l’in­té­rêt de Lyon ou Pau pour Ric. S’il se dit flat­té, il ré­pète aus­si à l’en­vi qu’il est bien là où il est.

■ Vous êtes un peu comme le veau sous la mère, vous avez été éle­vé au bi­be­ron du der­by ! Oui, de­puis ga­ min. Dé­jà à Au­rillac, c’était le cas. Ce­la s’est pour­sui­vi na­tu­rel­le­ment en ve­nant à Cler­mont. On est quelques­uns dans les deux camps à avoir tou­jours vé­cu avec cette ri­va­li­té spor­tive. Les an­nées ont pas­sé, mais ce­la de­meure. ■ C’est donc im­por­tant ? Bien sûr ! Il y a une fier­té d’ap­par­te­nance, la fa­mille n’est pas loin, les co­pains nous en parlent. Bri­veASM, ce­la nous parle. ■ Comment vous sen­tez­vous ? Bien. J’es­père juste avoir plus de temps de jeu et j’es­père aus­si que ce­la va ve­nir. Je n’ai pas ra­té beau­coup de matchs mais j’ai sur­tout fait des rem­pla­ce­ments. Je sou­haite m’ins­crire da­van­tage dans la ro­ta­tion. ■ Comment voyez-vous votre ave­nir alors qu’il vous reste un an de contrat ? Je lis et j’en­tends beau­coup de choses. mais comme vous le dites, dans les faits, il me reste en­core un an. Je suis donc là. ■ Mais avec l’ar­ri­vée de Sli­ma­ni et la pro­lon­ga­tion de Zi­ra­ka­sh­vi­li, ce­la risque de de­ve­nir en­core plus com­pli­qué non ? On ne sait ja­mais à l’avance comment une sai­son peut se pas­ser… Sur­tout à notre poste où les bles­sures ou les coups de mou peuvent sur­ve­nir. Tous les pi­liers sont pas­sés par ces mau­vais mo­ments. ■ Quand vous dites je suis là, on en­tend « je suis bien ici ». C’est ce­la ? Je ne vais le ca­cher, je me plais ici. En plus, c’est ma ré­gion. ■ Mais les joueurs fran­çais, pi­lier droit en plus, c’est très re­cher­ché… Si vous le dites ! C’est vrai, mais j’ai en­core un an de contrat. Et on conti­nue d’échan­ger avec le club même s’il est en­core un peu trop tôt pour avan­cer quoi que ce soit. ■ L’in­té­rêt de Pau ou de Lyon ? Ce­la fait tou­jours plai­sir de sa­voir qu’on sus­cite de l’in­té­rêt. Mais je le ré­pète, je suis là et je m’y sens bien. ■ D’après vous, qu’est-ce qui vous manque pour fran­chir un pa­lier ? Fran­che­ment ? Des mi­nutes dans le comp­teur. J’ai be­soin de jouer et rien ne rem­place un match. J’avais beau­coup joué il y a deux sai­sons, moins l’an pas­sé en rai­son d’une bles­sure à une main. Il a fal­lu re­faire une pré­pa, ce­la ré­clame du temps.

■ Azé­ma et Gibbes qui vous lancent dans le der­by, c’est quand même une preuve de confiance forte ? Je suis un be­so­gneux, un joueur de de­voir qui ne s’en­lève pas. Alors oui, c’est le type de matchs que j’aime bien.

■ La mê­lée de Brive n’est pas man­chote… Non, c’est clair. On le sait, ils aiment mettre l’ac­cent sur cette phase de jeu. On sait que col­lec­ti­ve­ment, ils ré­pondent pré­sent et s’em­ploient à em­brouiller la mê­lée ad­verse. C’est une tech­nique comme une autre mais force est de consta­ter qu’ils ont em­bê­té un pa­quet d’équipes dans ce sec­teur de jeu. Nous, si on veut ga­gner là­bas, on sait que ce­la passe par une grosse per­for­mance dans ce do­maine. ■

PHOTO FRED MAR­QUET

BON SOL­DAT. Lors du dif­fi­cile duel en mê­lée contre Tou­louse, Clément Ric avait ex­cep­tion­nel­le­ment dé­pan­né à gauche, faute de com­bat­tants. Mais c’est à droite, son poste de pré­di­lec­tion, qu’il en­tend pour­suivre sa car­rière à L’ASM et dé­mon­trer, lors du der­by à Brive, qu’il a un rôle à jouer au-de­là de la concur­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.