Bru­no Ge­ne­sio : « Nous sommes dans l’ur­gence »

L’en­traî­neur de L’OL est cons­cient que son équipe doit prio­ri­ser le cham­pion­nat

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

L’en­traî­neur de Lyon, Bru­no Ge­ne­sio a re­con­nu que L’OL, 10e en Ligue 1 avant de jouer cet après­mi­di à Tou­louse (17 heures), était « dans l’ur­gence » et que la ges­tion de l’ef­fec­tif, en vue du match contre la Ju­ven­tus en Ligue des cham­pions, n’était pas la prio­ri­té du mo­ment.

■ Votre si­tua­tion en cham­pion­nat vous em­pêche-t-elle de faire souf­fler des joueurs avant la Ju­ven­tus en Ligue des cham­pions ? Évi­dem­ment. L’im­por­tant est le match à Tou­louse et en­suite ce se­ra la Juve. Nous ne sommes pas dans une ré­flexion de ges­tion du temps de jeu les uns par rap­port aux autres ou de « tur­no­ver ». Nous sommes dans l’ur­gence et nous avons be­soin de points en Ligue 1. La dy­na­mique est im­por­tante et si nous avons la chance d’ob­te­nir un bon ré­sul­tat à Tou­louse, ce­la nous ser­vi­ra mer­cre­di contre la Ju­ven­tus. Une vic­toire contre le TFC pour­rait être un acte fon­da­teur.

■ Res­sen­tez-vous le be­soin de vous fixer un sys­tème de jeu dé­fi­ni­tif ou peut-on ima­gi­ner un autre dis­po­si­tif tel que le 4-2-3-1 ? J’ai­me­rais fixer deux sys­tèmes de jeu qui cor­res­pondent aux qua­li­tés de l’équipe mais pour l’ins­tant, pour di­verses rai­sons, ce­la n’a pas été pos­sible. Je pense que c’est aus­si l’une des rai­sons pour les­quelles nous avons des dif­fi­cul­tés à être dans la conti­nui­té.

■ N’avez-vous pas la ten­ta­tion d’être moins am­bi­tieux dans le jeu, pour être plus so­lide ? Ce­la peut être une ten­ta­tion, mais je pense que ce­la se­rait une er­reur à mon avis. Que ce soit l’ani­ma­tion of­fen­sive ou l’ani­ma­tion dé­fen­sive, cha­cun dé­pend les uns des autres. Le foot­ball est un sport col­lec­tif. Si on a des dif­fi­cul­tés dé­fen­sives, ce n’est pas uni­que­ment la res­pon­sa­bi­li­té des dé­fen­seurs et du gar­dien. C’est la res­pon­sa­bi­li­té de tout le monde et ce­la part des at­ta­quants, qui ne font peut­être pas suf­fi­sam­ment d’ef­forts pour pro­té­ger nos mi­lieux, qui du coup ne pro­tègent pas as­sez les dé­fen­seurs. Of­fen­si­ve­ment, c’est la même chose. On ne peut pas dé­pendre que de deux joueurs.

Oui, il faut re­trou­ver de la so­li­di­té dé­fen­sive comme toutes les équipes du haut de ta­bleau, mais ce­la passe par une prise de conscience col­lec­tive. ■

ES­POIR. Ge­ne­sio at­tend une ré­ac­tion de ses joueurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.