H DU MANS Le re­trait d’au­di un coup dur pour l’en­du­rance

Dé­part

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

La marque aux an­neaux va quit­ter l’en­du­rance et ses my­thiques 24 Heures du Mans : le re­trait fin 2016 d’au­di, qui re­joint la For­mule Elec­trique, est un coup dur pour cette dis­ci­pline où le construc­teur al­le­mand jouait un rôle ma­jeur de­puis 1999.

Deux construc­teurs seule­ment, Porsche et Toyo­ta, res­tent en lice pour la sai­son 2017 dans la ca­té­go­rie reine (LMP1), celle des pro­to­types hy­brides. Avec des mo­teurs es­sence car le die­sel, consa­cré au plus haut ni­veau par Au­di, n’a plus la cote.

Il n’y au­ra pas de der­nier tour de piste, a an­non­cé la marque d’in­gol­stadt mer­cre­di. Au­di ne l’a pas dit ex­pli­ci­te­ment mais, dans les cou­lisses du Mans, on as­sure que sa dé­ci­sion est liée aux 15 mil­liards de dol­lars que le groupe VW risque de de­voir payer aux États­unis à cause du scan­dale de ses mo­teurs die­sel « tru­qués ».

La dé­ci­sion est sym­bo­lique, si l’on com­pare le coût du « die­sel­gate » au bud­get d’au­di Sport pour l’en­du­rance, au­tour de 300 mil­lions d’eu­ros par an.

La For­mule Elec­trique, où la marque aux an­neaux va in­ten­si­fier ses ef­forts, coûte en­core moins cher : sept mil­lions d’eu­ros, en moyenne, par sai­son et par écu­rie de deux pi­lotes, pour une di­zaine de courses d’une heure dans des grandes ca­pi­tales, d’oc­tobre à juillet. Soit « dix fois moins que pour la plus mo­deste écu­rie de F1 », sou­ligne vo­lon­tiers le pro­mo­teur de la For­mule E, Ale­jan­dro Agag.

Au­di va lais­ser le champ libre à sa cou­sine Porsche, qui fait par­tie du même groupe VW. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.