Le nu­mé­rique en selle

La Montagne (Brive) - - La Une - PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC LHERPNIÈRE

ÉQUI­TA­TION. Ins­tal­lé à Li­moges, l’en­tre­prise Fer­lim dé­ve­loppe de nou­velles tech­niques de fer à che­val. Der­nière en date, un fer connec­té pour ana­ly­ser et cor­ri­ger les dé­fauts des che­vaux de com­pé­ti­tion.

IN­NO­VA­TION. L’ap­pli­ca­tion Horse Globe, lan­cée en Cor­rèze, per­met aux uti­li­sa­teurs de par­ta­ger leurs ran­don­nées à che­val. Une fonc­tion sé­cu­ri­té a été pen­sée en cas de chute ou si l’on se perd.

Un fer connec­té pour cor­ri­ger les fra­gi­li­tés

Il y a deux ans, An­tho­ny de Marcos a créé l’en­tre­prise Fer­lim, spé­cia­li­sée dans la fer­rure in­no­vante. Der­nière idée ? La créa­tion d’un fer à che­val connec­té.

De ses di­manches pas­sés en fa­mille à Pom­pa­dour, il en au­ra gar­dé l’amour du che­val. Il y a deux ans, An­tho­ny de Marcos a créé l’en­tre­prise Fer­lim, spé­cia­li­sée dans la confec­tion de fer­rure in­no­vante. Ins­tal­lé à Li­moges et ori­gi­naire de Brive, le jeune en­tre­pre­neur a fait de ses études d’in­gé­nieur en ma­té­riau un atout pour al­lier pas­sion et pro­fes­sion.

« Jeune, je n’ai ja­mais fait d’équi­ta­tion. Mais avec les éco­no­mies de ma thèse, j’ai fait l’ac­qui­si­tion d’un che­val de com­pé­ti­tion, en­tame le tren­te­naire. Je me suis ra­pi­de­ment ren­du compte des pro­blèmes de fer­rures, l’usure non res­pec­tive des fers, les trau­ ma­tismes sur les ar­ti­cu­la­tions liés à l’amor­tis­se­ment… ».

Du fer ul­tra­ré­sis­tant com­po­sé d’alu­mi­nium et d’acier, à du sur­me­sure confec­tion­né grâce à l’em­preinte du sa­bot, la per­son­na­li­sa­tion du fer et la com­pli­ci­té du ma­ré­chal­fer­rant, en pas­sant par une gamme « confort amor­tis­sant », An­tho­ny de Marcos a pro­fi­té de sa for­ma­tion tech­nique pour dé­ve­lop­per ses pre­mières in­no­va­tions. « Mon cur­sus me per­met de ré­pondre pré­ci­sé­ment aux ques­tions des pro­fes­sion­nels quant à la na­ture du pro­duit, de la dif­fé­rence avec des fers clas­siques. Je mul­ti­plie les cas­quettes et porte dé­sor­mais celle de com­mer­ciale, mais le dé­ve­lop­pe­ment tech­nique reste mon do­ maine ». S’il fait ca­va­lier seul, ce­la ne l’em­pêche pas de mul­ti­plier les idées. Der­nière en date, la créa­tion d’un fer à che­val connec­té qui, grâce à des cap­teurs, per­met­trait d’ana­ly­ser et cor­ri­ger les dé­fauts de dé­pla­ce­ment des che­vaux de com­pé­ti­tion en dres­sage. « Au­jourd’hui, l’ex­pé­ri­men­ta­tion est en cours. L’in­no­va­tion n’est pas en­core bre­ve­tée mais les pre­miers re­tours sont en­cou­ra­geants. Pour le ca­va­lier, il y a un vrai in­té­rêt car ce­la per­met­trait de cor­ri­ger ra­pi­de­ment les dé­fauts de pas, de ré­cu­pé­rer la ré­par­ti­tion des ef­forts sur le fer, et de l’adap­ter en­suite avec le ma­ré­chal­fer­rant ».

Fa­ci­li­ter les ana­lyses des juges en concours

Un in­té­rêt par­ta­gé par les com­mis­saires de courses, pour qui l’ana­lyse en com­pé­ti­tion du trot et du ga­lop pour­rait être fa­ci­li­tée. « En concours, beau­coup de ré­cla­ma­tions sont faites lorsque les juges n’ar­rivent pas à dé­ter­mi­ner si le che­val a cor­rec­te­ment res­pec­té le trot. Grâce aux cap­teurs, et à la ré­cu­pé­ra­tion des ana­lyses, les doutes pour­raient être fa­ci­le­ment le­vés ».

Pour le mo­ment, les don­nées sont ré­cu­pé­rées par voie fi­laire. Mais à terme, An­tho­ny de Marcos pré­voit le dé­ve­lop­pe­ment d’une ap­pli­ca­tion, per­met­tant l’ana­lyse en di­rect sur un té­lé­phone. « Les pre­miers tests se font en par­te­na­riat avec L’IFCE (*) et plus par­ti­cu­liè­re­ment la sta­tion ex­pé­ri­men­tale de Cham­be­ret. S’ils sont concluants, une connexion des don­nées à dis­tance et une ap­pli­ca­tion avec une in­ter­face simple d’usage se­ront dé­ve­lop­pées ». Res­te­ra en­suite à faire des es­sais sur les prin­ci­paux concer­nés : « Des der­niers tests sur che­val vien­dront va­li­der le pro­duit avant sa com­mer­cia­li­sa­tion ». (*) L’ins­ti­tut fran­çais du che­val et de l’équi­ta­tion.

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC LHERPNIÈRE

DÉ­MONS­TRA­TION. À l’oc­ca­sion du concours com­plet or­ga­ni­sé à Pom­pa­dour le week-end der­nier, An­tho­ny de Marcos a pré­sen­té son pro­jet de fer à che­val connec­té. Une pre­mière pré­sen­ta­tion pu­blique of­fi­cielle.

CONNEC­TÉ. Des cap­teurs pour lo­ca­li­ser les dé­fauts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.