Mu­rielle Bolle main­te­nue en dé­ten­tion mais pas pour « long­temps »

La Montagne (Brive) - - La Une -

La chambre de l’ins­truc­tion de Di­jon a tran­ché : Mu­rielle Bolle, té­moin-clé de l’af­faire Gré­go­ry en 1984, soup­çon­née d’en­lè­ve­ment, a été main­te­nue en dé­ten­tion hier, deux se­maines après la re­mise en li­ber­té des époux Ja­cob.

Se­lon son avo­cat ce­pen­dant, cette femme de 48 ans ne de­vrait pas y res­ter long­temps. « Le pro­blème qui n’a pu être sur­mon­té, c’est la ques­tion de l’hé­ber­ge­ment » dans la fa­mille, a dé­cla­ré Me Jean­paul Teis­son­nière à sa sor­tie de la cour d’ap­pel. « Il est pré­vu dans les se­maines qui viennent des au­di­tions, peut­être des confron­ta­tions avec des membres de la fa­mille » et les ma­gis­trats vou­laient « évi­ter la concer­ta­tion », a­t­il ex­pli­qué. A­t­on for­cé Mu­rielle Bolle à se ré­trac­ter ?

« C’est dif­fi­cile la pri­son pour elle », a­t­il sou­li­gné, an­non­çant une pro­chaine de­mande de li­bé­ra­tion dès qu’il au­ra trou­vé « une pro­po­si­tion qui convienne à la cour ».

Mu­rielle Bolle avait été mise en exa­men et écrouée à titre conser­va­toire jeu­di. Sa ré­trac­ta­tion éclair, 32 ans plus tôt, après son té­moi­gnage ac­ca­blant Ber­nard La­roche pour le rapt du gar­çon de quatre ans re­trou­vé mort dans la Vo­logne, est au coeur des in­ves­ti­ga­tions.

À la mi­juin, l’ar­res­ta­tion de Mar­cel et Jac­que­line Ja­cob, grand­oncle et grand­tante de Gré­go­ry, avait re­lan­cé spec­ta­cu­lai­re­ment ce dos­sier des plus énig­ma­tiques. Ils au­raient par­ti­ci­pé à un crime « col­lec­tif » dont le scé­na­rio et les rôles res­tent à pré­ci­ser.

L’ac­cu­sa­tion cherche pour ce­la à dé­mê­ler le vrai du faux dans les dires de l’ado­les­cente. Ce 16 oc­tobre 1984, son beau­frère de 29 ans est­il ve­nu la cher­cher en voi­ture à la sor­tie du col­lège avant de pas­ser prendre Gré­go­ry chez ses pa­rents, comme elle l’avait d’abord ra­con­té aux gen­darmes puis au juge Lam­bert ? Ou bien l’a­t­on for­cée à le dire, comme elle l’avait af­fir­mé le len­de­main et comme elle le main­tient de­puis ? « Une sa­crée vo­lée »

Pour les en­quê­teurs, ce n’est pas en garde à vue mais dans sa fa­mille que Mu­rielle Bolle au­rait « su­bi des pres­sions » après l’in­cul­pa­tion de La­roche. Le pro­cu­reur gé­né­ral avait évo­qué la se­maine der­nière un « té­moi­gnage ré­cent » et « très pré­cis » d’un « pa­rent » af­fir­mant avoir « vrai­ment vu ce qui s’est pas­sé » le soir du 5 no­vembre 1984. Cet homme de 54 ans, qui se pré­sente comme un cou­sin ger­ main de Mu­rielle Bolle, a ré­pé­té hier au Pa­ri­sien qu’elle avait pris « une sa­crée vo­lée » ce soir­là. Dans le dos­sier, d’autres té­moins in­di­quaient de­puis long­temps que Mu­rielle au­rait été « mal­me­née ». Mais ce­lui qui s’est ex­pri­mé au len­de­main de la mise en cause des Ja­cob ne fi­gu­rait nulle part. Pour Me Teis­son­nière, ce nou­veau té­moi­gnage ne tient pas : le juge de­vant le­quel sa cliente s’était ré­trac­tée « n’a ja­mais consta­té un vi­sage tu­mé­fié » au len­de­main de ces pré­ten­dues vio­lences. Et « nous avons la cer­ti­tude que ceux qu’on nous pré­sente comme les par­ti­ci­pants (à cette soi­rée) n’étaient pas là », sou­ligne l’avo­cat.

D’après l’au­di­tion du cou­sin, ci­tée hier par Le Fi­ga­ro, Mu­rielle Bolle lui au­rait en outre fait des confi­dences après son pas­sage à ta­bac. Mais celles­ci ne collent pas avec les dé­cla­ra­tions de la jeune fille à l’époque. Elle lui au­rait ra­con­té en ef­fet que La­roche avait re­mis « le ga­min à deux per­sonnes », ce qu’elle n’a ja­mais dit aux gen­darmes, ni au juge, en 1984. Dans son ar­rêt de 1993 in­no­cen­tant Ch­ris­tine Ville­min, la cour d’ap­pel de Di­jon consi­dé­rait que l’ado­les­cente avait men­ti en se ré­trac­tant et que sa pré­sence dans la voi­ture avait « fa­ci­li­té l’en­lè­ve­ment ».

Mais sans sa­voir ce qui se tra­mait : la jus­tice écar­tait alors toute « in­ten­tion cri­mi­nelle » de sa part. L’ac­cu­sa­tion en­vi­sage dé­sor­mais qu’elle a pu par­ti­ci­per sciem­ment au rapt. « Même si on prend la ver­sion ac­cu­sa­trice de Mu­rielle (contre La­roche en 1984, NDLR), sur la­quelle elle est re­ve­nue à de nom­breuses re­prises, elle n’a joué au­cun rôle ac­tif », ré­torque Me Gé­rard Wel­zer, avo­cat de Ma­rie­ange La­roche, soeur de Mu­rielle et veuve de Ber­nard qui pour­rait être en­ten­due à son tour sur la fa­meuse soi­rée.

PHO­TO BEP

DÉ­MÊ­LER LE VRAI DU FAUX. Mu­rielle Bolle ra­me­née vers un centre de dé­ten­tion, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.