Son sa­lon de coif­fure fi­na­le­ment ven­du

Mi­chel Combes avait lan­cé un ap­pel dans la presse

La Montagne (Brive) - - Brive Vivre sa ville -

Dans un ar­ticle pu­blié dans nos co­lonnes en fé­vrier der­nier, Mi­chel Combes re­gret­tait l’ab­sence de re­pre­neur pour son sa­lon de coif­fure ave­nue Tur­got. De­puis, le jeune re­trai­té a trou­vé un ache­teur, qui s’ins­tal­le­ra cou­rant juillet.

« C’est grâce au jour­nal que j’ai pu vendre ! Ça se­ra la qua­trième gé­né­ra­tion de coif­feurs ici », se ré­jouit Mi­chel Combes. Al­lan Rou­dot, son jeune suc­ces­seur de 23 ans, confirme : « Je vou­lais avoir mon propre sa­lon et un jour, ma mère est ar­ri­vée en me mon­trant l’ar­ticle dans le jour­nal ».

Plus que pour la vente, Mi­chel Combes s’en­thou­ siasme pour le pro­fil de son rem­pla­çant. « Tu pour­rais mettre un coin jeux vi­déo là­bas », plai­sante­t­il en poin­tant un coin de la pièce.

Avant de re­prendre le sa­ lon de coif­fure, Al­lan Rou­dot était joueur pro­fes­sion­nel de jeux vi­déo. « C’était une su­per ex­pé­rience, mais j’ai pris ma re­traite, ri­gole le jeune homme. Main­te­nant, ce qui compte pour moi, c’est le sa­lon de coif­fure ».

Coif­feur de­puis qu’il a 15 ans, Al­lan a dé­jà tra­vaillé dans de nom­breux sa­lons. « Je ne trou­vais pas chaus­sure à mon pied, donc j’ai vou­lu ou­vrir mon propre sa­lon. Main­te­nant, il me tarde que ça com­mence, j’en ai marre des pa­piers », sou­rit­il.

Le 7 juillet, Mi­chel Combes lui pas­se­ra of­fi­ciel­le­ment la main. Ou­ver­ture aux clients pré­vue le 17 juillet.

HU­GO LARIDON

SOU­LA­GÉ. Mi­chel Combes a trou­vé son suc­ces­seur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.