Lost in Li­moges : que la fête com­mence !

On se pince en­core en re­li­sant pour la énième fois l’af­fiche de la deuxième édi­tion de Lost in Li­moges qui s’ouvre au­jourd’hui sur l’es­pla­nade du Mas de l’âge à Cou­zeix. Pe­ter Do­her­ty, Foals, Naive New Bea­ters, les Wam­pas et les autres. C’est ce week-end

La Montagne (Brive) - - Le fait du jour - Jean-paul Spor­tiel­lo jean-paul.spor­tiel­lo@cen­tre­france.com

Cette fois, on y est. Et, comme di­rait l’autre, on n’a ja­mais été aus­si près. Lost in Li­moges, sai­son 2 c’est main­te­nant ! C’est même cette après­mi­di à par­tir de 16 h 40. Le coup d’en­voi se­ra don­né par les pe­tits jeunes de Sky­maze. Les concerts vont s’en­chaî­ner jusque dans la nuit de di­manche à lun­di vers 1 heure du ma­tin, avec Pe­ter Do­her­ty qui met­tra un point fi­nal à deux jours de fo­lie ré­so­lu­ment pop­rock.

Entre les deux, sur l’es­pla­nade du Mas de l’âge à Cou­zeix, près de Li­moges, 24 groupes vont se suc­cé­der sur les deux scènes ; la grande, celle où vont se suc­cé­der les stars, et la pe­tite ré­ser­vée aux 12 groupes ré­gio­naux. Et quels groupes ! Du très lourd, dans le genre haut de gamme.

Pin­çons nous en­core un peu en éplu­chant le pro­gramme les yeux mouillés d’émo­tion : Foals, Wam­pas dès ce soir. Puis, de­main, ce se­ra The Ins­pec­tor Clu­zo, Las Aves, Naïve New Bea­ters et en­fin, ce­rise sur ce très beau gâ­teau 2017, Pe­ter Do­her­ty, l’en­fant ter­rible du rock bri­tan­nique en per­sonne, avec son nou­veau groupe Las Pu­ta Madres et son der­nier al­bum Ham

bourg Dé­mons­tra­tions, en­re­gis­tré l’an der­nier en Al­le­magne et sor­ti en no­vembre.

Au fi­nal donc, 12 ar­tistes et groupes de ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale et au­tant d’es­poirs ré­gio­naux al­ter­ne­ront pour des sets d’un peu plus d’une heure cha­cun. Ce choix entre ar­tistes fé­dé­ra­teurs et scène émer­gente, a fait la marque de fa­brique de Lost in Li­moges. Avec une ligne édi­to­riale ré­so­lu­ment pop­rock qui s’ouvre cette an­née sur l’élec­tro. Sur­tout, les or­ga­ni­sa­teurs ont fait le choix de groupes et d’ar­tistes taillés pour la scène.

« Nous avons tou­jours vou­lu être un es­pace de découverte, com­mente Ch­ris­tophe Bize, che­ville ouvrière de Lost. Ce se­ra le cas cette an­née avec Ta­lis­co, Clé­ment Ba­zin, Holy Two pour l’élec­tro, mais aus­si Naive New Bea­ters, Las Aves et The Ins­pec­tor Clu­zo et bien sûr les 11 groupes de la scène ré­gio­na­

le. On veut que le pu­blic puisse voir des têtes d’af­fiche et qu’il re­parte avec le plai­sir d’avoir fait de belles dé­cou­vertes mu­si­cales. » Cé­lèbres ou en passe de l’être, tous les ar­tistes sé­lec­tion­nés dé­gagent une éner­gie, une pré­sence scé­nique forte et savent éta­blir une com­mu­ni­ca­tion avec le pu­blic. L’évé­ne­ment Foals. L’ex­clu­si­vi­té des têtes d’af­fiche se­ra l’autre atout de Lost. De Pe­ter Do­her­ty à Foals en pas­sant par les Wam­pas, la qua­si­to­ta­li­té des groupes ne fe­ront que quelques dates cet été, con­trai­re­ment à Ig­gy Pop, l’an der­nier.

La si­gna­ture du groupe bri­tan­nique Foals consti­tue un jo­li tour de force pour le fes­ti­val. « Nous avons né­go­cié pen­dant plu­sieurs mois, ex­plique Ch­ris­tophe Bize. Nous avions dé­jà ten­té de les avoir sans suc­cès l’an der­nier. La bonne or­ga­ni­sa­tion et le sé­rieux de la 1er édi­tion les ont convain­cus de ve­nir cette an­née. Ils ne font que quatre dates en France dans trois autres grands fes­ti­vals. Lost in Li­moges est le plus pe­tit fes­ti­val où il passe. On est très fier car ils ont ac­cep­té d’adap­ter leur scé­no­gra­phie à notre scène. Ils sont très exi­geants en terme de puis­sance de son. »

8.500 fes­ti­va­liers si­non rien. La ve­nue de Pe­ter Do­her­ty a po­sé moins de dif­fi­cul­tés grâce à la col­la­bo­ra­tion avec un autre fes­ti­val le Ri­no­fe­rock, dans le Gard. « Nous l’avons si­gné en­semble. Sa­chant que lui aus­si ne fait que quelques dates en France cet été, pré­cise Ch­ris­tophe Bize. Nous cher­chions une fi­gure em­blé­ma­tique du rock, plu­tôt jeune, avec une ac­tua­li­té. »

Cô­té af­fluence, la bille­te­rie du fes­ti­val avait dé­pas­sé les 5.000 ré­ser­va­tions ce jeu­di. Les or­ga­ni­sa­teurs se montrent confiants et es­pèrent at­teindre la jauge fa­ti­dique des 8.500 fes­ti­va­liers pour équi­li­brer le bud­get 2017 (492.000 € contre 887.000 l’an pas­sé).

« Nous avons ajus­té le bud­get de cette an­née sur le nombre d’en­trées payantes de l’an der­nier, ex­plique Ch­ris­tophe Bize. Le dé­fi­cit de l’an der­nier se com­ble­ra au fur et à me­sure (NDLR : 350.000 €). Sur­tout à la vue de la dé­ci­sion du juge en sep­tembre pro­chain. Nous fe­rons le bi­lan de l’édi­tion 2017, et nous ver­rons com­ment mettre en place un plan d’apu­re­ment de la dette. »

Avec en prime une météo qui s’an­nonce fa­vo­rable, on croise les doigts donc pour que cette deuxième édi­tion ne soit pas la der­nière. Une hy­po­thèse que les or­ga­ni­sa­teurs n’en­vi­sagent pas. En se pro­je­tant dé­jà vers une sai­son 3. ■

L’ex­clu­si­vi­té des têtes d’af­fiche se­ra l’un des atouts du fes­ti­val

PIERRE COUBLE Pe­ter Do­her­ty et son groupe The Pu­ta Madres en concert di­manche (23 h 30) à Cou­zeix. On se pince en­core pour y croire. Et pour­tant… STAR.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.