Le par­cours par­ti­cu­lier d’uran

La Montagne (Brive) - - Tour De France 2017 -

Le vain­queur du jour, Ri­go­ber­to Uran n’est pas le Co­lom­bien le plus connu du pe­lo­ton. Ce­lui qui a connu une en­fance dif­fi­cile n’en est pas moins une star dans son pays.

Or­phe­lin de père, tué en Co­lom­bie, Ri­go­ber­to Uran a consen­ti à de nom­breux sa­cri­fices pour de­ve­nir un cou­reur com­plet qui s’est clas­sé deux fois deuxième du Gi­ro. Trois choses à sa­voir sur le vain­queur, hier, de l’étape de Cham­bé­ry. Son père a été as­sas­si­né alors qu’il n’avait que 14 ans. Ven­deur de billets de lo­te­rie, le père de Ri­go­ber­to Uran est à l’ori­gine de sa pas­sion pour le vé­lo. « Mon père était fou de ce sport et m’a don­né en­vie de me lan­cer », a­t­il dit un jour.

Mais ce père, avec qui Ri­go­ber­to s’en­traîne, est as­sas­si­né quelques mois plus tard, vic­time vrai­sem­bla­ble­ment de groupes pa­ra­mi­li­taires. Ri­go­ber­to s’oc­cupe alors de sa mère et de sa soeur en ven­dant lui aus­si des billets de lo­te­rie avant de re­joindre à 19 ans l’ita­lie, où l’équipe Te­nax lui pro­pose un contrat. « J’avais be­soin d’ar­gent pour faire vivre ma fa­mille ». Et le vé­lo le lui a per­mis.

Il est le men­tor des Co­lom­biens. Uran, qui est pas­sé par Sky de 2011 à 2013 avant de re­joindre Qui­ckS­tep puis Can­non­dale la sai­son pas­sée, est très écou­té par les cou­reurs co­lom­biens du pe­lo­ton dont il est l’un des plus cé­lèbres re­pré­sen­tants avec Nai­ro Quin­ta­na. Et il est une star en Co­lom­bie. « Les gens m’ar­rêtent dans la rue, pho­tos, au­to­graphes, com­pli­ments, c’est in­croyable », dit­il. Il est un cou­reur com­plet. Dan­ge­reux dans les courses d’un jour, même s’il n’a au­cune grande clas­sique à son pal­ma­rès, Uran a ter­mi­né deux fois deuxième du Gi­ro en 2013 et 2014 der­rière res­pec­ti­ve­ment Vin­cen­zo Ni­ba­li et Nai­ro Quin­ta­na.

Mé­daillé d’ar­gent au JO de Londres

Le Co­lom­bien a aus­si dé­cro­ché la mé­daille d’ar­gent de course en ligne sur route en 2012 aux jeux Olym­piques de Londres der­rière le Ka­zakh Alexandre Vi­no­kou­rov, qui a pro­fi­té d’un mo­ment d’in­at­ten­tion du Co­lom­bien dans le sprint fi­nal. Uran avait tour­né la tête du mau­vais cô­té au mo­ment du dé­mar­rage de « Vi­no ».

PO­DIUM. Le Co­lom­bien de l’équipe Can­non­dale, tout sou­rire, après son pre­mier suc­cès sur le Tour de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.