Ch­ris­tophe De­lord veut « se ré­ga­ler » au vo­lant de la lo­gis­tique de Co­cho­nou

La Montagne (Brive) - - Le Fait Du Jour - Vir­gi­nie Fillâtre vir­gi­nie.fillatre@cen­tre­france.com

« Joindre l’utile à l’agréable ». C’est ain­si que Ch­ris­tophe De­lort qua­li­fie l’aven­ture qui l’at­tend au sein de la ca­ra­vane pu­bli­ci­taire du Tour de France.

Une pre­mière pour ce pas­sion­né de vé­lo de 48 ans qui tra­vaille à Sar­lat pour le Conseil dé­par­te­men­tal de la Dordogne. « L’op­por­tu­ni­té s’est pré­sen­tée par l’in­ter­mé­diaire d’un co­pain, Da­mien, qui conduit, de­puis treize ans, la 2 CV li­mou­sine ré­ser­vée aux VIP. Je me suis dit, pour­quoi pas moi ! »

Du­rant trois se­maines, le Con­da­tois se­ra donc, lui, au vo­lant du se­mi­re­morque de l’équipe Co­cho­nou, en charge de la lo­gis­tique : « Je trans­por­te­rai le sau­cis­son, mais aus­si des pièces de 2 CV en cas de panne, les ba­gages de l’équipe, les pla­teaux­re­pas du dé­jeu­ner… » Au pro­gramme : 6.000 ki­lo­mètres en­vi­ron de routes à par­cou­rir et 10 tonnes de sau­cis­son à vé­hi­ cu­ler. Le pre­mier à par­tir, il se­ra éga­le­ment le pre­mier arrivé au fil des étapes : « C’est moi qui dé­char­ge­rai tout. Je ne suis pas chauf­feur pro­fes­sion­nel. Mais je crois que c’est jus­te­ment ça que les res­pon­sables de la ca­ra­vane re­cher­chaient ».

Sa par­ti­ci­pa­tion va­li­dée de­puis dé­but juin, cet an­cien rug­by­man a in­té­gré, le 29 juin, une équipe com­po­sée de 26 per­sonnes (chauf­feurs de 2CV, mé­ca­ni­ciens, hô­tesse, ani­ma­teurs…). « J’ai po­sé des va­cances ex­près pour ça. Et, bien en­ten­du, mon em­ployeur a ac­cep­té que je tra­vaille pour l’en­seigne ».

Car à la clé de cette ex­pé­rience, un contrat de tra­vail si­gné jus­qu’au 24 juillet. « Plus qu’un tra­vail, ce se­ra, pour moi, sur­tout une aven­ture humaine. Je crois qu’on ne se rend pas compte de ce que la Grande boucle en gé­né­ral, et la ca­ra­vane pu­bli­ci­taire en par­ti­cu­lier, re­pré­sentent quand on n’est pas de­dans. Je vais avoir ac­cès au village en illi­mi­té. J’ai pré­vu de pouvoir suivre quelques étapes sur mes jours de re­pos. Je pense que je vais me ré­ga­ler ».

Une aven­ture humaine plus qu’un tra­vail

Ch­ris­tophe De­lord a sai­si l’op­por­tu­ni­té d’in­tré­grer la ca­ra­vane pu­bli­ci­taire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.