Lutte fi­nale pour 2024... ou 2028

La Montagne (Brive) - - Sports -

Paris, em­me­née par Em­ma­nuel Ma­cron, et Los An­geles, can­di­dates à l’or­ga­ni­sa­tion des JO 2024, passent au­jourd’hui un grand oral de­vant les membres du CIO qui doivent va­li­der le même jour le prin­cipe d’un double vote ga­ran­tis­sant à la ville écar­tée pour 2024 de re­ce­voir les JO 2028.

«Dans un monde qui se frac­ture et où les ten­sions re­naissent, nous avons be­soin de ces va­leurs de paix et de to­lé­rance que le mou­ve­ment olym­pique illustre et in­carne for­mi­da­ble­ment », a dé­cla­ré M. Ma­cron, ac­cueilli hier après­mi­di au au Mu­sée olym­pique par le pré­sident du CIO Tho­mas Bach.

Le maire dé­mo­crate de Los An­geles, Eric Gar­cet­ti a lui ex­pli­qué avoir « deux mis­sions : la pre­mière est de ra­me­ner les jeux Olym­piques en Amé­rique et l’amé­rique vers les jeux Olym­piques et la se­conde est de ra­me­ner les Jeux à Los An­geles. »

Quoi qu’il ar­rive, Los An­geles comme Paris de­vraient être as­su­rées ce soir d’ob­te­nir l’une ou l’autre des édi­tions 2024 et 2028 .

Car le pa­tron al­le­mand du mou­ve­ment olym­pique mi­lite de­puis mars pour une at­tri­bu­tion si­mul­ta­née en sep­tembre à Li­ma des JO 2024 et 2028. Ob­jec­tif : conser­ver « deux ex­cel­lentes can­di­da­tures » qui en cas d’échec dans la course à 2024 au­raient pu re­non­cer à ja­mais.

La ville qui n’ob­tien­dra pas l’édi­tion 2024 hé­ri­te­ra alors à coup sûr des JO2028.

« Quand on dis­pose de deux can­di­da­tures aus­si so­lides, ce double vote semble la meilleure so­lu­tion », ex­pli­quait hier un membre du CIO.

Certes Paris comme Los An­geles ne sont of­fi­ciel­le­ment en lice que pour 2024 et tout leur dos­sier a été construit dans cette op­tique.

Si Paris reste concen­tré sur 2024, pour des Jeux du cen­te­naire (après ceux de 1924 dé­jà or­ga­ni­sés dans la ca­pi­tale fran­çaise), le pa­tron de la can­di­da­ture amé­ri­caine Ca­sey Was­ser­ man a été le pre­mier dé­but juin à évo­quer la pos­si­bi­li­té pour LA d’ac­cep­ter 2028.

« Nous vou­lons convaincre les membres du CIO que Paris est la ville idéale pour ac­cueillir les Jeux. Nous sommes très confiants », a ex­pli­qué la maire de Paris, Anne Hi­dal­go.

Tout en rap­pe­lant que la can­di­da­ture de Paris « est pour 2024 », l’édile pa­ri­sienne, pour ne frois­ser per­sonne, a rap­pe­lé que la can­di­da­ture tri­co­lore se place en « par­te­naire du CIO » dans les dis­cus­sions sur la double at­tri­bu­tion.

Un grand oral bien pré­pa­ré

Avant une ul­time pré­sen­ta­tion le 13 sep­tembre, jour du vote à Li­ma, l’équipe pa­ri­sienne a par­ti­cu­liè­re­ment pré­pa­ré ce grand oral lau­san­nois.

Pour peau­fi­ner cette pré­sen­ta­tion, l’équipe pa­ri­sienne a pas­sé deux jours à Clai­re­fon­taine, là même où l’équipe de France de foot­ball pré­pare ses ren­contres.

Si Paris garde le se­cret sur le nom et l’ordre des ora­teurs, M. Ma­cron pren­dra la pa­role à coup sûr de­vant les membres du CIO.

SOU­TIEN. Le pré­sident Ma­cron ici avec le pré­sident du CIO Tho­mas Bach, au Mu­sée olym­pique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.