Bar­det : « Un poids en moins »

104E ÉDI­TION/12E ÉTAPE ■ Le cou­reur D’AG2R, vain­queur à Pey­ra­gudes, re­vient sur cet ex­ploit

La Montagne (Brive) - - Estivités -

Ro­main Bar­det, brillan­tis­sime au som­met de Pey­ra­gudes pour en­le­ver la 12e étape du Tour de France hier, a re­con­nu avoir « un poids en moins » après son pre­mier suc­cès de la sai­son.

«Je pré­fère faire le bi­lan à Foix », ville­ar­ri­vée de la 13e étape, a ajou­té l’au­ver­gnat de l’équipe AG2R La Mon­diale qui s’at­tend à une course folle, au­jourd’hui, sur les routes arié­geoises.

Ra­con­tez-nous le fi­nal... Je savais que la rampe fi­nale pou­vait créer des écarts. Avant, il n’y avait pas grand chose à faire avec le train des Sky et le vent de face dans Pey­re­sourde. Je pen­sais que Froome al­lait at­ta­quer au pied de Pey­ra­gudes, je m’étais pré­pa­ré pour ça men­ta­le­ment. J’ai vu qu’il se re­tour­nait pas mal, j’ai pen­sé qu’il n’était pas très bien. Ce­la me ré­jouit de le­ver les bras, je ne l’avais pas en­core fait de l’an­née. Qui plus est, sur le Tour de France. C’est un poids en moins. J’étais très dé­çu di­manche (par sa 4e place à Cham­bé­ry), c’était une étape com­ me je les aime, j’avais es­sayé d’être of­fen­sif et j’avais fait la course par­faite. L’étape d’au­jourd’hui, je l’avais re­con­nue en fa­mille en mai.

C’était im­por­tant de prendre des re­pères vi­suels, dans un cadre agréable. On s’était ar­rê­té dans la sta­tion de Pey­ra­gudes qui était un peu dé­ser­tée, mais je savais que

deux mois plus tard, on al­lait re­ve­nir. ■ Com­ment ex­pli­quez-vous

le re­cul de Froome ? On reste des êtres hu­mains. Si c’était un jour­sans, il a bien li­mi­té les dé­gâts. Je me mé­fie de sa réac­tion. De­main (au­jourd’hui), ce­la va être une course folle, dé­bri­dée. J’es­père mettre à pro­fit la re­con­nais­sance que j’ai faite au prin­temps. Je m’at­tends vrai­ment à une grosse ba­taille, ça risque d’être en­core plus dur. L’or­gueil de Sky doit être un peu bles­sé d’avoir un peu failli. En mon­tagne, les ni­veaux sont à peu près ho­mo­gènes. De­main, il peut y avoir des écarts. Je pré­fère faire le bi­lan à Foix. Ce­la va être une belle course main­te­nant, avec As­ta­na qui a le maillot (jaune). On peut s’at­tendre à pas mal de bou­le­ver­se­ments. Ils n’ont pas été épar­gnés par la mal­chance.

Com­ment voyez-vous la fin

du Tour ? Ce­la de­vient très in­té­res­sant car il y a quatre cou­reurs qui se tiennent vrai­ment de près. Il n’y au­ra pas de place pour tout le monde. Il reste en­core trois grosses étapes en plus du chro­no qui se­ra dé­ci­sif. J’es­père fi­nir fort ce Tour de France, mais je ne fais pas de plans par rap­port au chro­no( à Mar­seille, 20e étape). Je vais vivre ce Tour au jour le jour et prendre les se­condes où je peux les prendre, comme au­jourd’hui. Je sais bien que Froome est su­pé­rieur en chro­no, mais sur un contre­la­montre de fin de Tour rien n’est im­pos­sible. D’ici là, je vais me fo­ca­li­ser sur les mon­tagnes où j’es­père ti­rer mon épingle du jeu.

« Me fo­ca­li­ser sur les étapes de mon­tagne »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.