Ha­mil­ton mis sous pres­sion

La Montagne (Brive) - - Estivités -

De­van­cé au cham­pion­nat des pi­lotes par Se­bas­tian Vet­tel, Le­wis Ha­mil­ton, qui voit dans le même temps son co­équi­pier Valt­te­ri Bot­tas se rap­pro­cher dans son ré­tro­vi­seur, se­ra sous pres­sion à do­mi­cile ce wee­kend lors du Grand Prix de Grande Bre­tagne, à Sil­vers­tone.

Le­wis Ha­mil­ton, triple cham­pion du monde, se doit de re­bon­dir pour ne pas af­fi­cher son ha­bi­tuelle soupe à la gri­mace en cas de mau­vais ré­sul­tat. Il n’y pas d’entre­deux dans l’at­ti­tude du Le­wis 2017, qui af­fiche un tem­pé­ra­ment cy­clo­thy­mique à l’is­sue des GP. Soit il a ga­gné et sou­rit à pleines dents, avec un air de plé­ni­tude ex­trême, soit il n’a pas fait mieux que Vet­tel et pa­raît ac­ca­blé par tous les mal­heurs du monde.

Bien sûr, sa per­son­na­li­té de com­pé­ti­teur achar­né, ce qu’il est de­puis son en­fance pas­sée sur un kart, res­sort. Mais alors que la sai­son est longue et qu’il reste en­core onze courses à dis­pu­ter en comp­tant celle de di­manche, ces phases d’abat­te­ment peuvent sur­prendre.

Un dé­but d’ex­pli­ca­tion se trouve cer­tai­ne­ment dans l’émer­gence de son com­père fin­lan­dais Bot­tas, qui le prive pour l’ins­tant d’un ma­no a ma­no avec Vet­tel sus­cep­tible d’en­trer dans la lé­gende de son sport, une no­tion à la­quelle il est très at­ta­ché. Stra­té­gie du pi­lote en pé­ril

« Il est seule­ment 15 points der­rière moi, ce qui si­gni­fie qu’il est plus près de moi que je ne le suis de la tête du Cham­pion­nat », constate Ha­mil­ton, à 20 points de l’al­le­mand.

« Valt­te­ri a réa­li­sé un tra­vail fan­tas­tique en Au­triche et je suis sûr qu’il se bat­tra pour le titre jus­qu’à la der­nière course de la sai­son », as­sure­t­il.

Et Bot­tas de confir­mer : « La sai­son est en­core longue mais je suis dé­fi­ni­ti­ve­ment un can­di­dat pour le titre. Je vois course par course, mais c’était un bon week­end en Au­triche

(où il s’est im­po­sé, ndlr )et je vais es­sayer de res­ter sur cette lan­cée. »

Par ailleurs, Ha­mil­ton pen­sait peut­être que Vet­tel se­rait da­van­tage af­fec­té par la po­lé­mique qui a sui­vi leur ac­cro­chage à Ba­kou, mais le qua­druple cham­pion du monde, contraint de pré­sen­ter ses ex­ cuses, semble avoir dé­jà éva­cué l’épi­sode.

L’an­cien de Mcla­ren avait per­du l’ha­bi­tude de de­voir sur­veiller plus d’un pi­lote en course, puisque, ces der­nières an­nées, l’ad­ver­si­té se ré­su­mait seule­ment à son ex­équi­pier chez Mer­cedes, l’al­le­mand Ni­co Ros­berg. Entre 2014 et 2016, il a ain­si dé­cro­ché 31 vic­toires et 12 deuxièmes places sur 59 courses.

Si, de­puis le dé­but de la sai­son, Ha­mil­ton a été in­ca­pable de ga­gner deux fois d’af­fi­lée, il n’est en re­vanche ja­mais res­té plus de trois courses sans s’im­po­ser.

Un nou­vel échec, sur­tout sur ses terres, se­rait un coup dur, d’au­tant qu’il reste sur trois suc­cès dans son Grand Prix na­tio­nal.

« J’es­père pou­voir me ser­vir de Sil­vers­tone comme d’un trem­plin pour la se­conde par­tie de la sai­son », sou­ligne un Ha­mil­ton qui joue la stra­té­gie du pi­lote en pé­ril, tout comme Sil­vers­tone.

Les pro­prié­taires du cir­cuit ont en ef­fet an­non­cé mar­di qu’ils al­laient ac­ti­ver une clause de rup­ture qui re­met en cause la te­nue de la course au­de­là de l’édi­tion 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.