Pas de vic­time mais beau­coup de dé­gâts

La Montagne (Brive) - - Limousin - Co­ra­lie Zarb

Pas de vic­time mais d’im­por­tants dé­gâts ma­té­riels après l’in­cen­die qui a ra­va­gé le 65 ave­nue de-lattre-de-tas­si­gny à Li­moges, jeu­di soir.

Aux pe­tites heures du jour hier, l’éten­due des dé­gâts s’im­pose… De l’im­meuble si­tué au 65 ave­nue de­lat­trede­tas­si­gny à Li­moges, il ne reste qu’une fa­çade bran­lante.

Jeu­di vers 23 heures, ce bâ­ti­ment in­ha­bi­té de deux étages, où seule une au­toé­cole était en ac­ti­vi­té au rez­de­chaus­sée, s’est em­bra­sé. De tor­chis et de bois, la struc­ture de ce vieux bâ­ti­ment n’a pas ré­sis­té aux flammes.

Les pom­piers ont mo­bi­li­sé des moyens très im­por­tants pour maî­tri­ser le feu et sur­tout, évi­ter la pro­pa­ga­tion aux im­meubles mi­toyens.

Im­meuble in­oc­cu­pé

Si l’im­meuble était in­ha­bi­té, la pos­si­bi­li­té d’un squat a fait craindre aux pom­piers la pos­si­bi­li­té de trou­ver des vic­times. L’im­meuble s’étant en par­tie ef­fon­dré, il au­ra fal­lu plu­sieurs heures de re­cherche pour s’as­su­rer que tel n’était pas le cas. Mais les dé­gâts ma­té­riels, eux, sont consi­dé­rables.

D’après les pre­miers élé­ments re­cueillis, le feu se­rait par­ti du sa­lon de coif­fure en cours de ré­no­va­tion. Les pla­fonds s’étant ef­fon­drés et l’eau s’étant in­évi­ta­ble­ment in­fil­trée, l’au­to­école at­te­nante a su­bi des dé­gâts ir­ ré­ver­sibles.

« J’es­père qu’on pour­ra mettre un lo­cal ra­pi­de­ment à dis­po­si­tion », a dé­cla­ré le gé­rant Laurent La­ combe, ré­con­for­té dans son mal­heur par ses confrères d’autres au­to­écoles l’ayant ap­pe­lé pour lui pro­po­ser leur aide.

Dom­mages col­la­té­raux

Même si le feu a été maî­tri­sé, les im­meubles at­te­nants sont eux aus­si for­te­ment tou­chés par les eaux. « Les pom­piers ont dû frac­tu­rer les portes… Tout est dé­truit, a com­men­té Stéphane Mons­brot, pro­prié­taire de­puis le mois d’avril du nu­mé­ro 69 (le 67 étant si­tué dans une cour), le plus du­re­ment tou­ché. On ve­nait juste de ré­no­ver une par­tie des neuf ap­par­te­ments… » Les lo­ca­taires ont été soit re­lo­gés par la mai­rie, soit chez leurs proches.

« Le risque d’ef­fon­dre­ment de la fa­çade qui ne re­pose plus sur rien étant très im­por­tant, un pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té est mis en place jus­qu’à au moins lun­di, où nous re­fe­rons le point », nous a pré­ci­sé le co­lo­nel Phi­lippe Bes­son.

Les pom­piers conti­nuent d’ef­fec­tuer des rondes de sur­veillance, pour s’as­su­rer qu’au­cun foyer ne se ral­lume et que la struc­ture ne s’ef­fondre pas.

EN AC­TION. Toute la nuit les pom­piers ont été à pied d’oeuvre pour maî­tri­ser le si­nistre et évi­ter sa pro­pa­ga­tion. PHO­TO STÉPHANE LEFEVRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.