3, 2, 1… Brive Fes­ti­val !

La Montagne (Brive) - - La Une - Lae­ti­tia Sou­lier lae­ti­tia.sou­lier@cen­tre­france

OU­VER­TURE. C’est au­jourd’hui, à 17 heures, que le site de Brive Fes­ti­val ouvre ses portes au pu­blic pour cinq soi­rées de concerts en plein air et en centre­ville. L’an der­nier, il avait at­ti­ré près de 33.200 spec­ta­teurs.

NOU­VEAU­TÉS. Pour of­frir de beaux sou­ve­nirs aux fes­ti­va­liers, les or­ga­ni­sa­teurs ont mis en place dif­fé­rents es­paces au­tour de la grande scène ins­tal­lée sur la Guierle. Un moyen de paie­ment dé­ma­té­ria­li­sé voit le jour pour li­mi­ter les files d’at­tente aux bars.

SAI­SON­NIERS. Près de 90 per­sonnes, re­con­nais­sables grâce à leur T­shirts noirs, ont été re­cru­tées pour la du­rée du fes­ti­val.

Brive Fes­ti­val com­mence au­jourd’hui pour 5 soi­rées de concerts payants où les ar­tistes tels que Christophe Maé, Sli­mane, Ar­ca­dian, M, Imany, Ju­lien Do­ré ou So­pra­no vont se suc­cé­der. Pour faire vivre une belle ex­pé­rience aux fes­ti­va­liers, li­mi­ter les temps d’at­tente et of­frir de beaux sou­ve­nirs, l’équipe du fes­ti­val a mis les pe­tits plats dans les grands.

Moins d’at­tente pour plus de concerts. Voi­là la nou­velle phi­lo­so­phie de Brive Fes­ti­val ver­sion 2017, suite aux par­fois longues files d’at­tente l’an pas­sé pour s’of­frir une bière. Il faut dire qu’en 2016, en aug­men­tant sa jauge à 7.000 per­sonnes par soir, le ren­dez­vous bri­viste est pas­sé dans la cour des grands avec de nou­veaux en­jeux.

Le site pro­po­sé cette an­née est comme d’ha­bi­tude en cen­tre­ville et en plein­air. Une grande scène dos au théâtre, les pieds dans le sable du théâtre de ver­dure, et bor­dée de pa­godes blanches où seront ac­cueillis les par­te­naires. La pro­fon­deur de la fosse de 50 mètres pri­vi­lé­gie la proxi­mi­té avec les ar­tistes.

À l’ar­rière, une par­tie guin­guette avec les bars à vin, bar à cham­pagne et bar de la plage. Puis, en bor­dure de la Cor­rèze, là où se fait l’en­trée du pu­blic, un vil­lage avec un es­pace res­tau­ra­tion, la bou­tique du fes­ti­val et plu­sieurs ani­ma­tions his­toire de pa­tien­ter. Afin de ga­ran­tir la flui­di­té des consom­

ma­teurs, le li­néaire des bars a été aug­men­té et une nou­veau­té est ins­tau­rée : la carte ca­sh­less.

Cette carte de paie­ment sans contact, comme il en existe dans beaucoup d’évé­ne­ments mu­si­caux, fait son ar­ri­vée à Brive Fes­ti­val. Pour l’ob­te­nir, il faut être dé­ten­teur d’un billet et ou­vrir un compte sur le site du fes­ti­val (www.bri­ve­fes­ti­val.com).

La carte se re­charge en eu­ros di­rec­te­ment en ligne et se­ra à ré­cu­pé­rer sur place, à l’en­trée du fes­ti­val. Tout a été pen­sé pour la sa­tis­fac­tion des fes­ti­va­liers avec des équipes qui seront en place pour fa­ci­li­ter le re­trait de ces cartes le jour J, et le rem­bour­se­ment de l’ar­gent qui n’au­ra pas été uti­li­sé.

Tou­jours pour ré­duire les files d’at­tente, le site du Brive Fes­ti­val ouvre ses portes une heure plus tôt tous les soirs, soit à 17 heures. L’oc­ca­sion pour les fes­ti­va­liers de pro­fi­ter de plus de mu­sique avec la scène Prix Cor­rèze, ou­verte à une di­zaine de jeunes groupes de la ré­gion Nou­velle­aqui­taine. Ces jeunes ta­lents ani­me­ront les ou­ver­tures et chan­ge­ments de pla­teau du­rant les cinq soi­rées.

Brive Fes­ti­val mise aus­si cette an­née sur un ac­cès fa­cile et ra­pide. Le par­king des Trois­pro­vinces se­ra ou­vert de nuit, mais res­te­ra payant. En re­vanche, les fes­ti­va­liers peuvent se ga­rer gra­tui­te­ment aux Trois­pro­vinces et se rendre sur le site, soit à pied en une di­zaine de mi­nutes, soit en na­vettes gra­tuites.

En­fin, touche éco­res­pon­sable, en plus des toi­lettes sèches, consignes de go­be­lets, les bou­chons de bou­teille seront don­nés à l’as­so­cia­tion Bou­chons d’amour.

Une carte de paie­ment re­char­geable

PHO­TO D’AR­CHIVES PAS­CAL PER­ROUIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.