Bolt prêt pour le der­nier dé­fi

Der­nier mee­ting pour le roi du sprint de­main

La Montagne (Brive) - - Sports -

Le roi ru­git en­core : Usain Bolt a as­su­ré hier à Mo­na­co, où il se pro­dui­ra de­main pour le der­nier mee­ting de son in­imi­table car­rière, qu’il était prêt pour l’ul­time dé­fi sur 100 m aux Mon­diaux de Londres (4 au 13 août).

Et une fois en­core, l’oc­tuple cham­pion olym­pique de sprint a af­fir­mé qu’il dis­pu­te­rait éga­le­ment le re­lais 4 x 100 m mais pas le 200 m, dans la ca­pi­tale bri­tan­nique.

« Ma sai­son a été dé­li­cate : j’ai per­du (en avril) mon meilleur ami Ger­maine Ma­son (qui s’est tué à

mo­to). » Ces propos sont une pre­mière mise au point pour ceux qui l’avaient dé­jà ran­gé au rayon des an­ti­qui­tés après ses pres­ta­tions mé­diocres sur la ligne droite chez lui à King­ston (10”03), le 10 juin, et à Os­tra­va (10”06), en Ré­pu­blique tchèque, le 28 juin.

« Je me sens net­te­ment mieux qu’en juin. Après Os­tra­va, je me suis bien en­traî­né ces deux der­nières se­maines en Al­le­magne. On a bien tra­vaillé avec le coach (Glen Mills) et ça m’a per­mis d’exé­cu­ter des choses in­té­res­santes. Le temps est sou­vent beau à Mo­na­co. Si, par chance, c’est le cas, je peux être à mon meilleur », a en­chaî­né le triple re­cord­man du monde (100/200/4 x 100 m).

Bolt a lais­sé en­tendre qu’un chro­no au­tour de 9”90 de­main au stade Louis­ii, où il ne s’est pro­duit qu’une seule fois au­pa­ra­vant, en 2011, consti­tue­rait un bon mar­queur sur la route de Londres.

« J’ai vu le doc­teur Mül­ler­wol­farth à Mu­nich pour le ren­for­ce­ment du dos. Mon dos, c’est la clé. J’ai une grande équipe qui m’en­toure. Le coach, le mé­de­cin, aux­quels je fais en­tière confiance. C’est ce qui me per­met à mon tour d’avoir cette confiance, cette sé­ré­ni­té », a ajou­té le sprin­ter ja­maï­quain.

Aux Mon­diaux pour ga­gner

« Je n’ai pas de doute. J’ai tou­jours confiance en moi. Je vais aux Mon­diaux avec l’idée de ga­gner », a en­core as­sé­né la lé­gende.

La vic­toire est en lui. De­puis 2008, Bolt (30 ans) n’a pas mor­du la pous­sière dans les dif­fé­rents jeux Olym­piques et cham­pion­ nats du monde qui ont contri­bué à sa gloire.

Les deux seuls ac­crocs ? Il n’avait pu dé­fendre son titre sur 100 m en fi­nale des Mon­diaux 2011 à Dae­gu (Co­rée du Sud), éli­mi­né pour faux dé­part, lais­sant le champ libre à son com­pa­triote Yohan Blake. Et l’or du re­lais des Jeux de Pé­kin lui a été ôté parce que Nes­ta Car­ter a été contrô­lé po­si­tif après une nou­velle ana­lyse des échan­tillons.

Les chiffres parlent pour lui. Alors, Bolt ne se for­ma­lise pas lors­qu’on lui de­mande pour­quoi le match tant at­ten­du sur 200 m contre le Sud­afri­cain Wayne van Nie­kerk, le maître du tour de piste, n’au­ra pas lieu à Londres.

« Non, ce n’est pas que j’ai vou­lu l’évi­ter. Je n’ai ja­mais re­fu­sé un chal­lenge. Il (Van Nie­kerk) est jeune et en pleine forme. Sim­ple­ment nos car­rières se sont croi­sées », re­marque Bolt, sou­rire nar­quois.

Il y a une fin à tout. « J’ai réus­si tout ce que je vou­lais. Ça me rap­pelle ce que m’avait dit Mi­chael John­son quand je m’étais éton­né au­près de lui qu’il rac­croche en pleine forme. Il m’avait ré­pon­du : “j’ai réus­si ce que je vou­lais”. C’est la même chose pour moi, plu­sieurs an­nées après. »

BOLT. le Ja­maï­cain, roi du sprint, est confiant sur son état de forme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.