Boas­son Ha­gen en­fin ré­com­pen­sé

Le Nor­vé­gien s’est im­po­sé après une échap­pée au long cours, à Sa­lon­de­pro­vence

La Montagne (Brive) - - Annonces classées -

Le Nor­vé­gien Ed­vald Boas­son Ha­gen a ga­gné la 19e étape du Tour de France, hier, à Sa­lon-dep­ro­vence, à la veille du contre-la-montre de Mar­seille dé­ter­mi­nant pour le po­dium fi­nal entre les trois pre­miers, Ch­ris Froome, Ro­main Bar­det et Ri­go­ber­to Uran.

En pre­nant une meilleure tra­jec­toire dans un rond­point à 3 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée, Boas­son Ha­gen a sur­pris ses com­pa­gnons d’échap­pée pour en­le­ver son pre­mier suc­cès dans le Tour 2017. À Nuits­saint­georges, il s’était in­cli­né pour moins de 6 mil­li­mètres face à l’al­le­mand Mar­cel Kit­tel dans la 7e étape.

À Sa­lon­de­pro­vence, la ville de No­stra­da­mus, qui mul­ti­plia les pro­phé­ties au XVIE siècle, le Tour s’est sur­tout pro­je­té vers le se­cond « chro­no » de cette édi­tion, dans tous les es­prits. Le mince es­poir de Bar­det

Le pe­lo­ton a ral­lié l’ar­ri­vée avec plus de douze mi­nutes de re­tard et Froome a gar­dé son avance in­tacte sur Bar­det, soit 23 se­condes, et sur Uran, 29 se­condes. As­sez pour que le Britannique soit confiant avant le contre­la­montre dont il est cen­sé être le meilleur spé­cia­liste des trois.

À Düs­sel­dorf, en ou­ver­ture du Tour, le vain­queur sor­tant ­can­di­dat à une 4e vic­toire­ avait pré­cé­dé Bar­det de 39 se­condes et Uran de 51 se­condes. Mais la dis­tance était sen­si­ble­ment plus courte (14 km contre 22,5 km à Mar­seille), la route glis­sante en rai­son de la pluie et la com­bi­ nai­son por­tée par le Britannique, avec des élé­ments aé­ro­dy­na­miques contes­tés par d’autres équipes, lui of­frait sans doute un avan­tage sup­plé­men­taire.

À Mar­seille, Froome au­ra l’obli­ga­tion de por­ter la com­bi­nai­son ré­ser­vée au maillot jaune par les or­ga­ni­sa­teurs. Il au­ra aus­si et sur­tout à fran­chir la côte de la Bonne Mère, la route qui mène à Notre­dame de la Garde sur un rai­dillon de 1.200 mètres, et à né­go­cier la des­cente pour re­trou­ver les ave­nues plates me­nant au stade Vé­lo­drome.

Ce par­cours, plus sé­lec­tif qu’à Düs­sel­dorf, laisse un (très) mince es­poir à Bar­det, dont l’équipe AG2R La Mon­diale veut croire en la pos­si­bi­li­té d’un ex­ploit. « Ro­main ré­cu­père très bien, il est tou­jours meilleur en fin de Tour », as­sure le ma­na­ger Vincent La­ve­nu.

Dans l’étape me­nant des Alpes à la plaine pro­ven­çale, la plus longue de l’épreuve (222,5 km), les cou­reurs du clas­se­ment gé­né­ral n’ont eu qu’à tour­ner les jambes. L’échap­pée de 20 cou­reurs for­mée après 35 ki­lo­mètres a ou­vert la route à tra­vers la Haute­pro­vence, sans être pour­sui­vie par le pe­lo­ton.

Un par­cours plus sé­lec­tif qu’à Düs­sel­dorf

Le groupe s’est scin­dé en deux à 20 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée, suite à une ac­cé­lé­ra­tion du Belge Jens Keu­ke­leire.

À l’ar­ri­vée, Boas­son Ha­gen a pré­cé­dé de 5 se­condes l’al­le­mand Nik­las Arndt et de 17 se­condes le pe­tit groupe ré­glé par Keu­ke­leire.

Boas­son Ha­gen (30 ans) n’avait plus ga­gné dans le Tour de­puis ses deux suc­cès d’étape de l’édi­tion 2011. Le Nor­vé­gien, de na­tu­rel tai­seux, por­tait alors le maillot de l’équipe Sky.

Après cinq an­nées pas­sées aux cô­tés de Froome, il a re­joint la for­ma­tion sud­afri­caine Di­men­sion Da­ta pour sor­tir de son rôle d’équi­pier de luxe.

PRIMÉ. Après deux deuxièmes et deux troi­sièmes places dans cette édi­tion, Ed­vald Boas­son Ha­gen s’im­pose en­fin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.