Bigf­lo et Oli de re­tour à Brive Fes­ti­val

La Montagne (Brive) - - Estivités - Ma­ryne Le Goff

Les rap­peurs et frères tou­lou­sains Bigf­lo et Oli se­ront les pre­miers à mon­ter sur la scène de Brive Fes­ti­val, ce soir. De quoi faire re­mon­ter quelques sou­ve­nirs pour Oli.

Vous avez l’ha­bi­tude de les voir en duo, cette fois­ci Oli a fait ca­va­lier seul pour ré­pondre à nos ques­tions. Un vé­ri­table plon­geon dans le pas­sé.

■ Brive Fes­ti­val n’est pas in­con­nu pour vous… C’est vrai, ça a été l’un des pre­miers fes­ti­vals où on a été pro­gram­mé of­fi­ciel­le­ment. À Brive Fes­ti­val, il y a ce pe­tit clin d’oeil mar­rant car c’est une des pre­mières scènes qu’on a fou­lées en étant an­non­cés. Quand je suis ar­ri­vé de­vant le pu­blic, comme à chaque fois, c’est beau­coup de fier­té et d’adré­na­line. On a en­vie de bien faire, de tout don­ner.

■ Que res­sen­tez-vous à l’ap­proche de ce re­tour ? C’est co­ol, c’est tou­jours un plai­sir de se rendre compte de notre évo­lu­tion. En plus, Brive Fes­ti­val est dans une ré­gion qu’on « kiffe » bien, on connaît bien le di­rec­teur, Sté­phane Ca­na­rias, qui est ado­rable. Ça va être co­ol parce qu’on a notre mar­raine qui est du coin. J’en pro­fite d’ailleurs pour lui faire un bi­sou (rires).

■ Quels sou­ve­nirs gar­dez­vous de vos ve­nues ? Ona un bon sou­ve­nir de Brive Fes­ti­val où on est pas­sé deux fois. C’est hy­per­agréable, je me sou­viens qu’il y avait du sable par­tout. Que des bons sou­ve­nirs ! En 2013 on a été pro­gram­mé aux cô­tés de Tal, 1995 et IAM, c’est un bon concert mais j’avoue qu’avec tous les concerts que j’ai en­chaî­nés, la mé­moire com­mence à être floue. C’était le « kiff » ! ■ Qu’est-ce qui a chan­gé pour vous de­puis 2013 ? Le disque de pla­tine, la tour­née mo­nu­men­tale qu’on a faite, le gros suc­cès… Tout a chan­gé ! Ça a été une sur­prise.

Vous at­ten­diez-vous à ce

suc­cès ? Pas for­cé­ment, mais on s’y pré­pa­rait. On a beau­coup tra­vaillé pour ça. De­puis tout pe­tit on a cette pas­sion du rap et on ne lâche rien. Nos proches s’y at­ten­daient plus que nous, je pense.

■ Quelle dif­fé­rence y a-t-il entre une pres­ta­tion en concert et en fes­ti­val ? Un concert c’est plus per­son­nel car il y a notre vrai show de deux heures. Un fes­ti­val c’est tou­jours plus court, il faut en­voyer la sauce pour mettre plus d’am­biance que les autres. ■ Avez-vous dé­jà pen­sé à faire une car­rière en so­lo ? Non, car avec Bigf­lo on est frères, ça a tou­jours été une évi­dence d’être deux. On se consi­dère presque comme un so­lo, on est tel­le­ment com­plices. Mais on se laisse des mo­ments d’es­paces sur chaque al­bum.■

PHO­TO D’AR­CHIVES LOUIS FAYET

EN­SEMBLE. Avec leur nou­vel al­bum La Vraie Vie, Bigf­lo et Oli (à gauche) vont faire bou­ger le pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.