EN PO­LI­TIQUE

La Montagne (Brive) - - Sports -

Chris­tophe Cas­ta­ner, porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, a dé­fen­du, hier, la baisse du mon­tant des APL à par­tir d’oc­tobre, in­vo­quant une « ur­gence » pour bou­cler le bud­get, et a an­non­cé une re­mise à plat de la po­li­tique du lo­ge­ment « d’ici la fin de l’an­née ». « Il manque 150 mil­lions d’eu­ros dans le bud­get de l’etat », a-t-il dé­cla­ré pour ex­pli­quer la dé­ci­sion du gou­ver­ne­ment. « L’ur­gence c’est, pour le der­nier tri­mestre de cette an­née, faire en sorte que cha­cun puisse tou­cher son APL, parce que c’est ça la bonne nou­velle entre guille­mets, alors que les cré­dits n’étaient pas là ».

Thier­ry So­lère, dé­pu­té du groupe LR-UDI Construc­tifs, a dé­fen­du, hier, le prin­cipe d’une ré­forme du sys­tème des aides au lo­ge­ment, qui « par­ti­cipent » à la hausse des loyers et re­pré­sentent « des sommes au fond as­sez faibles in­di­vi­duel­le­ment ».

Le dé­pu­té so­cia­liste Oli­vier Faure a cri­ti­qué, hier, la baisse « inique » des APL à par­tir d’oc­tobre, pré­vue par le gou­ver­ne­ment, dé­non­çant un exé­cu­tif qui « fait les poches de ceux qui ne peuvent pas se dé­fendre » : « Cinq eu­ros pour des bud­gets im­por­tants, c’est de l’ar­gent de poche, mais pour des pu­blics qui gagnent moins de 1.000 eu­ros par mois et qui sont vi­sés par ces APL, ça re­pré­sente par exemple le pain pen­dant une se­maine ».

Phi­lippe Mar­ti­nez (CGT) a ap­pe­lé, hier, les sa­la­riés à « ré­agir » à la « casse du code du tra­vail » en­vi­sa­gée, se­lon lui, par le gou­ver­ne­ment, en rap­pe­lant que son syn­di­cat est « op­po­sé à 99 % » des pistes en­vi­sa­gées par l’exé­cu­tif : « Ils ont dé­ci­dé de cas­ser le code du tra­vail, qu’il y ait moins de droits pour les sa­la­riés, il faut que les sa­la­riés ré­agissent ».

Em­ma­nuel Ma­cron as­sis­te­ra de­main ma­tin, à Saint-etienne-du-rou­vray (Seine-ma­ri­time), à l’hom­mage au père Jacques Ha­mel, as­sas­si­né il y a un an en pleine messe par deux dji­ha­distes, a fait sa­voir, hier, la pré­si­dence de la Ré­pu­blique. En rai­son de ce dé­pla­ce­ment du chef de l’etat, le Conseil des mi­nistres pré­vu de­main est re­pous­sé à ven­dre­di.

Da­vid Rachline, sé­na­teur-maire FN de Fré­jus (Var), va « pro­ba­ble­ment » aban­don­ner son siège au Sé­nat pour gar­der sa mai­rie, car « Ma­rine le Pen sou­haite mettre le pa­quet sur les pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales », a t-il dé­cla­ré, hier, sur Sud Ra­dio.

Le gou­ver­ne­ment a an­non­cé, hier, la te­nue d’un Conseil in­ter­mi­nis­té­riel du Tou­risme de­main, en pré­sence de pro­fes­sion­nels du sec­teur, à l’is­sue du­quel il pré­sen­te­ra sa feuille de route pour at­teindre les 100 mil­lions de tou­ristes in­ter­na­tio­naux en 2020. Le Pre­mier mi­nistre Édouard Phi­lippe fe­ra une dé­cla­ra­tion de­main soir, au terme de cette réunion qui vise à confor­ter la re­prise du tou­risme après une an­née 2016 ca­la­mi­teuse en rai­son des at­ten­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.